• 20

     

     

     

    Voici le texte écrit le premier jour de la résidence, une sorte de compte-rendu de l'arrivée du groupe, et une première recherche formelle autour, toujours, de l'écriture du collectif.Beaucoup d'autres pistes se sont ouvertes entre temps, nées du dialogue avec les uns et les autres sur leur pratique, et des impros trans-disciplinaires qu'on essaye de faire chaque jour...

     

     

     

     

    20

     

     

     

    Nous sommes le nombre 20 pas encore au complet.

    Nous sommes 20 points mouvants sur la carte.

    Nous sommes une première addition : 4 + 6 + 2 + 2 + 3 + 1 (en vérité, nous serons 20 demain. Nous ne sommes que l’idée du nombre 20. Une première projection. Nous nous en approchons beaucoup. Nous ne sommes pas mathématiquement exacts. Nous tendons vers le 20. Nous nous arrondissons à 20. Nous sommes une projection humaine et imparfaite de 20, c’est-à-dire, pour l’instant : 18)

    Nous sommes 20 points déplacés. Nous sommes 20 points convergeant vers la Fabrique, avec ou sans l’aide de trains, de voitures, de tramways, de bus. Nous sommes 20 points fraîchement livrés au point de départ.

    Nous sommes 20 points mouvants d’abord dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, le parcours imposé par le circuit des alarmes, l’ouverture des portes, la délimitation des lieux où il faudra ensuite, plus tard, se distribuer. Former la première soustraction.

    Je me demande : ai-je déjà été le nombre 20 ? Peut-être une classe, une demi-classe, un groupe un jour ou l’autre. Le nombre d’être une classe, de se connaître comme ça, le nombre de la photo de groupe, on n’a jamais la même intimité avec tout le monde sur la photo mais nous sommes ensemble ici et maintenant. On partage ça. On densifie le réseau. On pourra dire qu’on se connaît. On a formé une connexion de plus. On a multiplié quelque chose par 20. On s’est un peu multipliés chacun en termes de réseau. On a étendu nos branches. On est en train. Pour l’instant, nos branches, on se les présente timidement, on se les tend, on se fait des bises. On redit les prénoms.

    Nous sommes 20 visages apparaissant, s’éclairant un par un au détour d’un sourire, nous sommes 20 sourires à faire concorder avec les prénoms, avec l’idée qu’on s’était faite, chacun, des 19 autres.

    Nous avançons côte à côte. Nous sommes, chacun, 1 prisme à 2 côtés. Nous ne formons pas de prisme à 20 côtés, nous ne pouvons pas côtoyer tout le monde d’1 coup, il faudra donc faire évoluer le prisme, il faudra circuler pour que chacun, tour à tour, soit l’1 de nos côtés, il faudra répartir notre attention, trouver 19 moments avec chacun des 19 autres, pour aller plus loin que le visage, pour voir changer les expressions, pour pouvoir, 19 fois poser la question première : « tu fais quoi, déjà, toi ? »

    Nous opérons un premier classement des champs d’exploration, nous sommes 20 points se distribuant les champs d’investigation, nous sommes 20 points débordant les classements, 20 points mouvants entre les catégories, débordant déjà les projets annoncés, nous sommes 20 points curieux, nous sommes 20 points ouvert.

    Nous sommes les points communs d’une même circulation. Nous serons traversés par les mêmes envies, par les mêmes mots, par la même lumière. Nous nous déplacerons vers les points que forment les 19 autres. Nous déplacerons nos intentions. Chacun repartira peut-être en n’ayant fait qu’1 avec le projet d’1 des 19 autres. Nous fusionnerons peut-être. Nous réduirons peut-être le nombre 20 de beaucoup. Nous serons 1 projet divisible en 20, ou bien 2 projets divisibles en 10 ou bien 4 projets divisibles en 5, ou bien nous resterons 20, nous nous additionnerons sagement pour rester 20 x 1.

     

    Mais pour l’instant 18, c’est déjà beaucoup, s’additionner soi-même à 17 autres personnes, créer 17 connexions, se créer 17 angles de contact, 17 faces sociables du prisme c’est beaucoup, alors d’abord le sourire, x 17, quelques mots, x 17, repérages x 17.

    Commencer une conversation à 18 c’est beaucoup, alors c’est plutôt d’abord 2 par 2, 3 par 3 qu’on engage la parole, on la protège d’abord dans de tous petits cercles, comme ça, de 2 ou de 3, pour ne pas qu’elle se perde, tout de suite, la parole, dans la foule ou dans des généralités.

    Et les questions que je me pose, y a-t-il un seuil, inférieur à 20 pour commencer à faire connaissance, une valeur maximale pour la première impression, juste pour commencer, le maximum de visages, supérieurs ou inférieurs à 20, à faire rentrer dans sa rétine, à placer dans le cadre de son regard, est-ce que c’est 3, est-ce que c’est 5 le nombre d’informations que le cerveau peut possiblement traiter, mon cerveau par exemple, 4, 5 ?

     

    Puis nous nous dispersons : la taille des groupes est tout d’un coup définie par le nombre de places dans les voitures, on s’organise autour de 4 voitures, de 4 destinations, premier éclatement du nombre pour mieux se retrouver à 18 le soir, rendez-vous à 20h, à 18.

     

    A 20 ou à 18 ce qu’on peut faire c’est se mettre à table, ce qu’on peut faire c’est un tour de table. On s’organise autour d’une table, nous sommes 18 points autour d’un parallélépipède, deux longues lignes face à face, pour mieux se voir, pour mieux former les petites unités pour mieux faire connaissance, un bout de la table forme l’unité 1, le milieu de la table forme l’unité 2, l’autre bout de la table forme l’unité 3, on peut prêter l’oreille aux conversations d’une autre unité que la sienne, ce n’est pas impossible, on peut faire circuler ses yeux d’une unité à l’autre, de l’unité la plus lointaine à l’unité la plus proche : 3, 2, puis 1, surtout, les quelques uns de son unité, les quelques uns qu’on connaîtra mieux que les autres, qu’on connaîtra avant les autres, ceux dont on récolte les impressions les plus détaillées, les plus fouillées. En partant de son unité, on peut donc commencer à faire connaissance à 20 ou à 18, on fait le tour de son unité, et puis on élargit, on joue avec les frontières de son unité : celui qui est à la frontière peut changer d’unité, et voilà, 2 unités fusionnent, on écoute plus largement, on rajoute des visages à ceux qu’on commence à connaître. On étend son territoire pour de nouveau être 18, mais 18 qui se connaissent un peu mieux, 18 plus connectés, on n’est plus 18 x 1, il y a des unités, des complicités, des conglomérats. On a changé de qualité. Les points se sont rapprochés. 1 point n’est plus = à 1 autre point pour chacun des autres, chaque point a maintenant 1 prénom, chaque point a maintenant 1 visage.

     

    On complète la liste des informations. Chaque point prend de la densité. Nous devenons un peu moins myopes les uns par rapport aux autres. Mais on ne se dit pas tout, on ne peut pas tout se dire, pas tout de suite. On retient. On donne les premières informations, on donne 2 informations, on retient 1information, on parle de notre géographie, de notre parcours, de nos attentes, on donne 3 informations on retient 2 informations. On mets des points en commun au milieu de la table. On se ressert du vin. On se réchauffe en mangeant, on donne 4 informations , on retient 3 informations. On se dessine un portrait en quelques traits, d’abord, pour commencer.

    Mais on garde de la réserve, 1 + 2 + 3 informations à distiller par la suite, celles qui arriveront à la suite des autres, pas essentielles, pas primordiales au premier dessin, on garde pour soi une quantité d’informations à répartir pour la semaine, (1 + 2 + 3 ) x 20 informations, qu’on taira, ou qu’on oubliera de dire, les centres d’intérêts non prioritaires, les goûts non prioritaires, les morceaux de parcours non prioritaires, pas immédiatement utiles à se situer dans le groupe.

    On mesure empiriquement la quantité d’informations facilement assimilables par autrui, on se met à la place d’autrui, on joue de la prudence. On assimile aussi, pas tout, pas tout d’un coup, on se dit que ce sera le travail de la nuit, la première nuit, travailler, assimiler, savoir comment on pourra harmonieusement faire partie des 20, se mêler à ces 19 là pour les enrichir, pour les multiplier, pour tomber juste.

     

     

     

     

     

    « Ce qui secretMatières »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :