• 2012

     

    Voilà 2012. Me remettant lentement du dos douloureux de fin 2011, je cherche la position à adopter face à cette année qui commence, ses promesses incroyables et les luttes dures, je crois, qui s'annoncent. Un mélange dont il faudra que nous fassions le terreau de la création et de la réflexion, des échanges et des rencontres. Promettons-nous de ne pas céder aux chantages électoraux, de ne pas céder à la facilité, promettons-nous l'intransigeance. Politiquement, artistiquement aussi.

    Il faudra être en forme. Il faudra parer les coups, se faire entendre. Quel innommable pour nous mobiliser? (je me dis à chaque nouvelle annonce plus extrême, ouvertement fascisante de notre gouvernement, qu'il y a quelques années nous aurions été dans la rue pour moins que ça. Mais aujourd'hui que sommes-nous en train d'accepter, de laisser faire? Ne s'agit-il vraiment que d'attendre le mois de mai? Et y chanterons-nous vraiment le temps des cerises?)

    Il faudra être solidaires, se serrer les coudes, resserrer les mailles du filet pour que cesse d'y circuler les tentations de l'immonde, la violence, la méfiance, la paranoïa sécuritaire. Il faudra passer à l'offensive.

    Et puis toujours l'autre tentation, me retirer du monde, m'enfermer à double tour pour penser, pour écrire, pour mettre en forme les courants qui me traversent, mettre à distance par la forme écrite ce qui me soulève et ce qui m'écrase. Mais je ne ferai pas pour autant le dos rond. Mais je ne ferai pas pour autant le silence. Il me faudra de ces temps-là pour enfin plonger dans le projet Perdre. Je commencerai dans une cellule à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon le 16 janvier. Je crois que si je retarde depuis plusieurs années l'écriture de ce projet (outre la bonne excuse de ne pas avoir le temps), c'est que je sais qu'il sera un grand ébranlement. 

    Dès cette semaine, je continuerai aussi ma vie de train, la palpitante, pas deux semaines de suite au même endroit, ou presque. La vie de valise, de gymnastique intellectuelle entre les projets, les équipes, les spectacles, les régions, les lits, les hôtels, les bureaux. Pour cela aussi il me faudra de la force, laisser toutes la place à ces rencontres nécessaires, me laisser déplacer, solliciter, donner de ce que je sais faire tout en apprenant des autres. Ne pas me perdre en route. Savoir dire non, parfois. Savoir arrêter la machine.

    Je serai à Paris au CNT, à la Colline, auprès de la compagnie Sambre. Je serai à Brioux-sur-Boutonne pour les premier laboratoire autour de Prodiges®. Je serai à la Chartreuse de Villeneuve pour peaufiner Prodiges® et commencer Perdre. Je serai à Chambéry pour continuer mes ateliers d'écriture avec 7 nouvelles classes. Je serai à Alger pour une lecture de Nous les vagues au CCF, et le vernissage de l'exposition d'Arezki Larbi. Je serai à Saint-Etienne pour un atelier et l'exposition autour des trente ans de Cheyne. Je serai à Saran pour la création de Nous les vagues. Je serai à Montpellier pour une soirée en langue des signes consacrée à Alors Carcasse. Je serai à Lille aurpès de la compagnie Tourneboulé. Je serai à Thouars pour une rencontre avec des lecteurs. Je serai à Dax pour une nouvelle lecture d'Alors Carcasse par Denis Lavant. Et bien sûr je serai à Montélier, près de Valence, pour la création du Bal d'Emma avec la compagnie des Hommes approximatifs. Et parfois je serai à Lyon, où je vis, où vivent des personnes que j'aime. Voilà pour la première partie de 2012.

    Et je serai autant que possible derrière mon écran, et j'aurai autant que possible besoin de nos échanges.

    Bonne année!

     

     

     

    « Merry crisis and happy new fearVue d'hiver (2) »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    damotte
    Lundi 2 Janvier 2012 à 13:38

    Serai à St Etienne le 7,8 mars... et toi ?

    bise

    isabelle

    2
    Mariette Profil de Mariette
    Lundi 2 Janvier 2012 à 15:44

    Et moi les 10 et 11, à Alger normalement jusqu'au 9 au matin... Mais Valence, oui, je te dirai!

    3
    EmmanuelMalone
    Mercredi 4 Janvier 2012 à 15:47

    Mariette,pour ton dos ,tu pourrais t'adresser à Nakata, tu sais celui qui parlant de lui ne dis pas je  mais son prénom " Nakata aussi est mort une fois pendant trois semaines et quand Nakata est revenu en ce monde ,il était devenu idiot " mais plein de sagesse et avec un don "pour toucher le dos" et remettre les os à la bonne place :"j'ai remis vos os en place,fini le mal au dos.En effet Hoschino se sentit le dos beaucoup plus léger.il avait les tempes fraiches et respirait plus facilement" (Kafka sur le rivage.  H.Murakami)          J'en étais par là de ma lecture quand j'ai été faire une visite à "petit oiseau de la révolution" (d'où mon petit conseil ostéopathique pour "limbes ago") et lire 2012; ma rêverie,en le lisant :que Mariette fasse boule de neige  qui roule et tâche d'huile qui se répand;que se lèvent dix mille cent mille "Mariette" ,avec le petit r de la marque déposée :pas des clones ,non, mais des personnes marquées par ce que tu écris et que tu engages,radicalement;je souhaite pour 2012 que ton écriture ait valeur d'acte pour tes lecteurs , que leur cercle s'élargisse et qu'ils multiplient ainsi les mailles du filet; j'y travaille aussi


    Ca me vivifie tellement,en ce début d'année,cet antidote aux airs blasés,au cynisme ,à la paresse...


    Alors voles longtemps,longtemps,petit oiseau de la révolution:bon vent et à bientot dans les airs et sur terre


     

    4
    Mariette Profil de Mariette
    Mercredi 4 Janvier 2012 à 21:21

    Merci Emmanuel,

    Ton message me touche immensément et me donne du courage! Et le dos plus léger!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :