•  

    Une île et des échos

    (Photo de groupe de toute l'équipe d'Une île à Lillers à quelques jours de la première).

     

     

    Voilà, c'est cette semaine, la création d'Une île, aventure collective commencée il y a plus d'un an à l'invitation de la Comédie de Béthune.

    L'écriture (à quatre mains, par Samuel Gallet et moi), est née de rencontres avec les habitants du territoire béthunois, mais aussi, surtout, d'une réflexion sur la notion de territoire, et de la perspective, dont nous avions conscience dès le départ, de jouer pendant cette semaine étrange et anxiogène de l'entre-deux tours des élections présidentielles.

    A travers une fable (aussi utopique qu'angoissante), le projet était de radiographier les questions d'une région, d'un pays, de passer au crible les rêves et les aspirations, et la façon dont ils se frottent aux empêchements de chacun, aux doutes et aux murs qu'on se construit dans les têtes.

    Les trois acteurs (Céline Dupuis, Maxime Le Gall et Noémie Rosenblatt) endossent le rôle de rescapés et narrateurs de cette épopée, ils sont les personnages dont la vie est balayée un matin par la vague, et qui reconstruisent petit à petit une liberté de bric et de broc, une vie où, l'espace d'un instant, tout est possible. Comme une immense parenthèse amoureuse, la vie nouvelle. Puis, ressac incessant, les anciennes questions reviennent alors que l'eau se retire.

    J'ai découvert cette semaine le beau travail de toute l'équipe pour monter notre texte, en faire entendre les enjeux contradictoires dans une esthétique énergique et directe, et, bien sûr, comme toujours, j'aimerais vous présenter le plus largement possible le travail. Pour commencer, c'est à Lillers, Béthune, Ruitz et Festubert, et c'est à partir de ce mercredi 3 mai.

    Pour plus d'informations, vous pouvez télécharger le dossier ici.

    Vous pouvez également découvrir la web série, intitulée Nous sommes là, imaginée autour d'Une île, en quelque sorte, le hors-champ de notre histoire. C'est également sur le site de la Comédie de Béthune.

     PS: Il peut paraître dérisoire de parler d'un spectacle au moment de tous les déchirements de ce pays, mais, qui sait, si ce ne peut pas être notre goutte d'eau pour éviter que ne déborde la mer du Nord.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires