• La Minute du CRI (Episode 0)

    Le CRI se répand aussi sur les ondes. En écho à nos pérégrinations, à nos rencontres, aux objets et aux lieux que nous réussissons à faire parler.

    Dans les rues de Saint-Pierre, Mathilde part à la recherche de lieux et d'objets à écouter dans leurs silences. Vous la verrez sans doute ici ou là, avec sa blouse et son micro.

    Elle attrape tout indice de vie. Les fictions cachées là où ne les voyons pas. Elle invite les Saint-pierrais à pousser les portes inconnues, à guetter dans le placard ce qui se passe quand les objets se croient seuls. Ou à entrer dans la danse des fantômes. Une mission au coeur des SILENCES.

    C'est sur SPM première tous les jours depuis lundi.

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  

    De l'eau sur la Lune

     

    De l'eau sur la Lune

     

    De l'eau sur la Lune

     

    De l'eau sur la Lune

     

    De l'eau sur la Lune

     

    A chaque pas, la lumière et les perspectives changent. Et tous les jours depuis que nous sommes arrivés, c'est une nouvelle lumière, ou bien les yeux qui fouillent mieux et découvrent de nouveaux angles. 

    Et quand on monte un peu, c'est la Lune entourée d'eau.

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Prendre le rôle de chercheurs, c'est aussi ouvrir des portes fermées depuis longtemps, essayer sans arrêt de décaler notre regard, essayer de voir un peu plus loin et d'apprendre, au-delà des apparences. Avec l'aide des habitants, leurs connaissances, leurs souvenirs. C'est tout ça, faire parler les objets. Ou les lieux qui se sont tus, les espaces figés dans le temps, suspendus dans le silence. Tout semble s'être arrêté la veille, et pourtant les années doucement commencent à  donner à ces espaces une allure d'abandonnés.

    Nous sommes entrés dans le frigo, grand bâtiment sur le Littoral, qui a vu jusqu'à 300 employés travailler au conditionnement du poisson, ces dernières années pour Interpêche. Mais il y a deux ans, tout s'est tu, et aujourd'hui ce sont les mouettes qu'on entend à travers le bleu de la tôle.

    Et cette impression récurrente, d'être une génération qui arrive toujours après que les choses aient fini d'exister, après l'effervescence, après le temps où il y avait de l'animation, de l'argent pour faire des choses. Alors: écouter ce qui résonne dans les espaces vides, dans les rétrécissements, et se faire une mission de ce pas de côté: l'invention de nouveaux territoires, de nouvelles façons de vivre, de nouveaux vacarmes. Ré-enchanter, non pas pour distraire, surtout pas pour ça, mais pour ouvrir des espaces d'invention, dans ce silence qui précède le début d'une nouvelle musique.

    Y croire, vraiment, à ce qu'on met de sens dans toutes nos fantaisies: ce qui est pensé, inventé du moins existe quelque part, et trouvera toujours à s'exprimer, n'en déplaise aux carcans économiques.

     

     

     

     (Le frigo, Saint-Pierre, 15 mai 2014)

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Le CRI cherche, le CRI crie

    La cabine du CRI. Protocole:

    1) Entrez dans la cabine

    2) Enfilez une blouse blanche

    3) Criez très fort

     

    A mesure que nous achevons notre seconde semaine de résidence, les actions du CRI se développent à Saint-Pierre, impliquant de plus en plus de chercheurs.

    Trois soirs par semaine, à la salle des fêtes, des chantiers prennent corps, des fictions naissent, dans tous les coins on essaye des choses, on tord le réel. On donne de la liberté aux corps et aux imaginaires, on bricole une fête qui deviendra un chemin fou, une envolée. On fait grandir des intuitions. On retraduit Alice à l'aide de ce que nous sommes.

    A partir de la semaine prochaine, le CRI retentira en plus sur les ondes radio de SPM Première: Mathilde prépare en ce moment-même des reportages scientifiquement incroyables, donnant la parole pour vos oreilles ébahies à toutes les choses les plus inertes que nous pouvons croiser ici, mais qui ont tant de choses à nous dire quand on les écoute.

    J'aurai le plaisir, avec son aimable autorisation, de vous les faire entendre ici.

     

    Le CRI cherche, le CRI crie

     

    Le CRI cherche, le CRI crie

    (Des traces du CRI dans notre belle salle des fêtes)

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Naufrages

     

    En m'approchant de l'épave, je souris en me disant que j'ai déjà écrit Alors Carcasse et Nous les vagues, et puis (se) Perdre, mais que quand même, ça ressemble fort à un nouveau sujet à explorer, ici dans tout l'archipel, ces traces de naufrages.

    Depuis quelques jours, un bateau de la marine nationale, le Laplace, est installé sur le Littoral, avec pour mission de refaire les cartes maritimes de l'Archipel, mais aussi de partir à la recherche d'un navire disparu en mer en 1962 et jamais retrouvé depuis.

     

    Naufrages

    (Le Laplace à quai, un dimanche de pluie battante)

     

    Voilà qui intéresse de près les chercheurs du CRI, car dans les choses inertes à faire parler il y a peut-être aussi les choses disparues. Et voilà qui m'intéresse tout particulièrement aussi, relance la machine à fiction, à exploration maritime rêvée et laissée en suspens depuis quelques mois, après que j'aie commencé à reprendre mes notes du voyage en cargo et à poser les bases d'un poème dramatique à partir de la phrase: "Il y a les vivants, les morts et les marins, bienvenue parmi les marins".

    Je me dis aujourd'hui que ces premières pages ne sont peut-être que le prologue d'une autre histoire, celle que je trouve ici quand des légendes m'arrivent aux oreilles, ou quand des épaves apparaissent, dans la brume ou en plein soleil.

    En rentrant chez moi après l'atelier du soir, je suis tombée sur cette page qui recense tous les naufrages à Saint-Pierre et Miquelon, les dates et les genres des embarcations.

    Je précise qu'il n'y a rien de morbide dans cette envie d'exploration, mais l'envie de comprendre par les sens et l'imaginaire une réalité de vie, sur une île au climat rude, ou dans les océans de manière générale. L'envie de m'interroger aussi sur la notion de disparition, dans un monde où il parait impensable de disparaitre cinq minutes des radars tant toutes nos habitudes nous trahissent, et où pourtant des avions peuvent encore, eux aussi, se perdre en plein vol.

     

    Naufrages

     

    Naufrages

     

    Naufrages

     

    Naufrages

     

    Naufrages

     

    Naufrages

     

    (Promenade à la pointe du Diamant, où gît l'épave du Troutpool (et non pas du Trou de Poule comme je l'avais compris jusqu'à présent), cargo échoué en 1923)

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique