• Alger J-2

     

    Voilà, j'ai mon visa en poche, je n'ai donc plus qu'à faire ma valise avant de m'envoler pour Alger samedi matin.

    La lecture de Nous les vagues aura lieu le 23 septembre à 16h30 au MAMA (Musée d'art moderne et contemporain d'Alger) dans le cadre de l'exposition d'arts plastiques intitulée l'Attente.

    Hajar Bali lira quant à elle une nouvelle: Sitôt que la souffrance surgit.

    Belle histoire que de se retrouver toutes les deux à lire ensemble à Alger, après s'être rencontrées au Québec, et avoir partagé une résidence d'écriture aux Aftis (Algérie) en avril 2009, où nous avons écrit ces deux textes.

     

    Jijel

    [La chambre où j'ai commencé le texte auberge des Aftis, Jijel, avril 2009. Bon, ça c'était le premier jour. Ensuite il a plu tout le temps... mais quand même...]

     

    Bien sûr je tiendrai ici au jour le jour, photos à l'appui, le journal de ce nouveau voyage, de ces nouveaux partages!

    Avant de partir, et de me remettre à l'adaptation de mon texte pour la lecture, en voici les premières lignes...

     

    "Apparaissons, d'accord, plus nettement, il le faut, plus nettement encore que cela, cela c'est le minimum, cela c'est à peine une apparition, c'est fortement fantomatique, c'est presque rien. Cela, c'est encore en-dessous du nécessaire. C'est à peine une tache. Un grain de sel sur la rétine, oublié le temps de le dire. C'est presque rien."

     

     

    « Vérifications / Questions / SuspensionsAller de l'avant (4) »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :