•  

    Ces deux dernières années, je dois être reconnaissante à mes livres des belles rencontres qu'ils m'ont permis de faire. Comme je le dis parfois en plaisantant, il y a des périodes où c'est moi qui suis mes livres, où ce sont eux qui me guident sur les routes et de rencontre en rencontre. 

    Stéphanie Daniel m'a été présentée par Alors Carcasse, dont elle a très vite eu envie de s'emparer avec la voix, la musique. Ce sera chose faite le lundi 27 mai à 20h30 à la Maison des Auteurs de la SACD. Toutes les informations sont ci-dessous, et je me réjouis de découvrir une nouvelle dimension de ce texte, une nouvelle voix.

    (Et comme c'est dans plus d'un mois, même si je ne manquerai pas de faire un rappel dans la newletter-pou-laquelle-vous-pouvez-vous-inscrire-ci-contre, vous devriez le noter tout de suite dans vos tablettes, qu'elles soient antiques ou numériques!)

     

    Ne manquez pas Alors Carcasse à la maison des auteurs

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    De très beaux jeunes comédiens sont "Plusieurs", "Carcasse" ou une voix de la narration, et le texte passe d'un corps à l'autre, d'une voix à l'autre avec beaucoup de subtilité, tour à tour dans l'empathie avec le personnage empêché, ou avec le monde autour qui s'agace de ne pas comprendre, qui poursuit sa route, qui vit, qui bouge, qui s'impatiente.

    Dans cette première étape de la proposition de Déborah Arvers, deux Carcasse, homme et femme, se tiennent face au public, chacun dans son petit morceau d'espace puis se rencontrant/ retrouvant / rapprochant, ils racontent une issue, un sourire, quelque chose de possible. Avec beaucoup d'humour quand il s'agit d'imaginer par le corps ce qu'on pourrait faire subir aux "plusieurs" en réponse à leur dédain (qui ne s'est jamais demandé ce qu'il ferait s'il avait des pouvoirs magiques?), avec beaucoup de tendresse quand on se reconnaît, se console. 

     

    Images de Carcasse(s)

     

    Images de Carcasse(s)

     

    Images de Carcasse(s)

     

     

     

    La narratrice campe, décidée, donne le ton de la parole poétique, se fait porte-parole de Carcasse, de son intransigeance, de ses choix à contre-courant. Elle va au front, à la rencontre des "Plusieurs", qui eux-mêmes, et c'est très beau, ont la fougue et les certitudes de la jeunesse, mais se placent du côté de ceux qui ont réussi et ne doutent de rien, pour l'instant...

     

    Images de Carcasse(s)

     

     

    Images de Carcasse(s)

     

    Images de Carcasse(s)

     

    [Carcasse(s), d'après Alors Carcasse, mise en scène de Déborah Arvers, avec Christine Bétourné, Sabine Collier, Isabelle Guevel,  Germain Porcq et Jérémie Reecht.]

     

    A suivre... Prochaine étape à le 12 mars à 17h à l'Université d'Arras.

     

    Photos (c) Séverine Lo Vahn et Chloé Kwiatkowski.

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

     

    Depuis plusieurs mois, une toute jeune compagnie Au-delà du seuil travaille à une création scénique à partir d'Alors Carcasse. Première présentation publique de leur travail à l'occasion d'une carte blanche à l'EDT 91 (Evry) le samedi 2 mars. Une exploration chorale et corporelle que je me réjouis de découvrir.

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

    Et voici, en complément de l'annonce de la lecture d'Alors Carcasse ici, cette belle affiche qui ressemble fort bien à ce que j'ai parfois dans la tête.

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Cependant qu'on croyait Carcasse bien en sécurité dans un livre _ enfermées, donc, les forces inquiétantes et les entités bizarres _ voilà que Carcasse a trouvé évasion possible, et chair et vie et corps humain, joue les passagers clandestins Carcasse, dans corps-comédien, dans corps accueillant, dans corps empathique.

    Voilà que Carcasse devant plusieurs qui regardent et écoutent, voilà que Carcasse se rallume, lumière et petit peu de feu, grandit Carcasse un petit peu, et quand Carcasse disparaît c'est avec la victoire cette fois d'avoir vécu une vie de plus. 

    Carcasse a donc, soyons-en soulagés, refuge et campement contre les coups du monde dans un corps qui sait rebrancher Carcasse sur le secteur électrique, sur l'énergie maximale.

    Merci Denis Lavant d'être fidèle hébergement de Carcasse autant que passeur.

    Merci à la médiathèque et à la Comédie de Saint-Etienne pour l'accueil et cette soirée-là.

     

    Protéiforme

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique