•  

     

    Bordeaux. Je retrouve avec grand plaisir le groupe des écrivains de notre feuilleton radiophonique. Nous posons sur la table, face à nous, ce qui a été écrit. Nous regardons d'en haut. Nous nous amusons des formes et des rythmes de ces 68 pages que représente notre feuilleton aujourd'hui. Des dialogues, des choeurs, des sons, des chansons. Nous relisons quelques extraits. Mais surtout, nous revenons au groupe, après que chacun ait avancé sur son propre épisode pendant plusieurs mois. Comme lors de notre rencontre, nous travaillons sur des consignes communes, des formes courtes: nous repartons en exploration. Chacun lit ce qu'il écrit: autant de possibilités, toujours, que de participants. Nous retrouvons nos personnages, nous leur ouvrons de nouvelles portes.

    Dans deux mois, nous clôturerons la phase d'écriture pour nous pencher sur la réalisation. En attendant, d'exercice en exercice, nous travaillerons sur la précision, la richesse. A suivre...

     

     

    Se souvenir de Violetta

     

     

    Se souvenir de Violetta

     

    [Jeanne, Joël, Angèle, Catherine, Ange, Dominique et Christian face au texte!]

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Avec notre équipe de l’atelier d’écriture de Bordeaux, nous avons peut-être attaqué une des phases les plus difficiles dans la construction de notre feuilleton… Chacun a travaillé au canevas de son épisode, les propositions sont fortes, variées, enthousiasmantes, riches, surprenantes... Maintenant il reste à faire le travail discret et souterrain de mise en forme, de précision, pour aller plus loin dans chaque proposition, avoir une vue d’ensemble de chaque épisode, et creuser à l’intérieur de chaque scène, et puis trouver la langue, le ton, la musique des différents dialogues, monologues et chœurs. L’imagination va maintenant faire place, pour quelques séances, à la précision, au souci du détail, à avancer pierre par pierre le bel édifice qui se prépare.

    J’apprends, en même temps que mes sept écrivants, à ne pas mettre la charrue avant les bœufs, et avec Aurélie nous aiderons chacun, dans les semaines qui viennent, à développer à chaque fois un aspect, une scène particulière, à avancer progressivement. J’attends ce moment magique, qui n’est pas si loin, où les sept épisodes seront entièrement sortis de terre sans qu’on se soit rendu compte d’avoir fourni un travail aussi énorme. Les pièces du puzzle – les différents exercices que nous avons exploré depuis le mois d’octobre – tiendront enfin ensemble. Nous en sommes au moment vertigineux où nous commençons à entrevoir les échos, la logique interne du feuilleton, en même temps que les couleurs particulières des univers de chacun des auteurs.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Dans les différents textes écrits au cours du premier trimestre revenaient des personnages, des intrigues, des lieux, dont le musée, avec ses visiteurs et ses tableaux. Nous en sommes maintenant au moment de construire un peu plus précisément nos épisodes (un par participant). Chaque épisode sera indépendant, mais les échos, je pense, seront nombreux entre les différents textes, parce que l'écoute est très grande entre les uns et les autres, et que depuis plusieurs séances déjà les personnages ont pris l'habitude de se promener sous différentes plumes. Et puis surtout, j'ai décidé d'imposer une structure commune pour chaque épisode, la marque du fabrique du feuilleton, ce qui fait qu'on reconnaîtra une unité à travers les différences de style et de sensibilité. Chaque épisode commencera donc de la même façon, et se construira autour du musée et d'un de ses tableaux en particulier.

    Nous sommes donc allés, hier, écrire et prendre des idées au Musée des Beaux Arts de Bordeaux. Sans doute, plus tard, d'autres visites dans d'autres lieux pour élargir un peu le choix.

     

    Se souvenir de Violetta

     

    Se souvenir de Violetta

     

    Se souvenir de Violetta

     

     

    Se souvenir de Violetta

     

    Une séance, donc, pour observer les tableaux et rentrer dedans par l'imagination, et puis écouter les bruits du musée, noter à la volée les répliques des visiteurs, les sons, la résonnance et les talons qui claquent dans le silence.

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Un article dans le Sud-Ouest sur l'atelier d'écriture mené à Bordeaux... J'y retroune la semaine prochaine avec de nouvelles propositions pour faire avancer ce feuilleton!

    (article: D.M.)

     

    http://www.sudouest.fr/2011/01/06/un-feuilleton-radiophonique-a-14-mains-283107-2780.php

    Un feuilleton radiophonique à 14 mains

    Le TNBA s'offre un casting de seniors pour réaliser une intrigue en sept épisodes pour la radio. Diffusion en juin.

     Aujourd'hui, ils révisent et déclament les textes qu'ils ont écrits. Dans la joie.  Photo Philippe Taris

    Aujourd'hui, ils révisent et déclament les textes qu'ils ont écrits. Dans la joie. Photo Philippe Taris


    Chaque mercredi, à la RPA Magendie, ils sont ponctuels et personne ne manque à l'appel. Depuis octobre, ils ont pour mission d'écrire un feuilleton radiophonique à quatorze mains qui sera diffusé sur l'antenne - à définir - en juin. L'idée vient d'Aurélie Armellini, chargée des relations avec le public au TNBA qui est épaulée dans cette aventure par la dramaturge Mariette Navarro. Pour trouver les auteurs, elle a contacté Bernadette Lefevre-Lachambre, animatrice du pôle seniors de la ville. « Il s'agit de les impliquer dans la vie du TNBA par des visites des coulisses, des spectacles », commente Aurélie. Certains sont déjà montés sur les planches et tous avaient envie de se frotter au travail d'écriture. Ils ont inventé des personnages et chacun devra réaliser un épisode. « Aujourd'hui, on révise », annonce Aurélie. Angèle et Ange se lèvent et se mettent dans la peau du fou et de l'ancienne tenancière de maison close. Ange se dandine, mime, Angèle se marre. « Je n'ai que mon certificat d'études mais je prends un plaisir énorme à réciter ces textes. » Parfaite.

    Registre de l'absurde

    Durant deux heures, ils dialoguent, déclament, créent. Un exercice parfois difficile quand il s'agit d'intégrer des phrases un peu bizarres dans une lettre anonyme adressée à l'un des personnages de la fiction. « Ils sont particulièrement réactifs car peu familiers avec le théâtre contemporain », se réjouit Aurélie. Bernadette ne regrette pas son casting : « Ils se décoincent. Ce projet est aussi un prétexte pour se rencontrer. » Joël s'applique : « Les contraintes font travailler l'imagination. » Catherine parle d'émulation, Dominique de remise en cause. Christian, résidant à la RPA Magendie, a suivi son animatrice préférée dans l'aventure. Ils ont entre 64 et 87 ans et de la forme à revendre. Le feuilleton basé sur une intrigue s'articulera autour de sept épisodes de douze minutes. Le thème n'est pas encore arrêté mais l'esprit restera dans le registre de l'absurde. Ils adorent.

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Depuis le mois d'octobre, j'interviens une fois par mois, à l'invitation du Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, pour un atelier d'écriture auprès d'un groupe formidablement énergique, motivé et inventif, du club senior Magendie, à Bordeaux. Notre mission est d'écrire ensemble, d'ici la fin de la saison, un feuilleton radiophonique qui sera enregistré et diffusé sur les ondes bordelaises.

    Relayée par Aurélie Armellini, qui travaille aux relations publiques du TnBA, j'essaye de  faire en sorte que nous avancions dans l'exploration des formes d'écriture, inventions des langues, des situations, des personnages plus pittoresques les uns que les autres. Hier, une séance particulièrement enthousiasmante consacrée à l'exploration du choeur, au mélange des voix, aux foules, aux brouhahas, aux éclats de voix. Nous avons exploré toutes les possibilités sonores en mélangeant les textes, en les faisant résonner les uns avec les autres.

    Un petit aperçu de la concentration dans le travail et du plaisir à faire entendre les textes à voix haute!

     

    Actualités

     

     

    Actualités

     

     

    Actualités

     

     

    Actualités

     

     

    [Photos de la séance du 8 décembre, avec l'aimable autorisation de Ange, Angel, Catherine, Christian, Dominique, Jeanne et Joël]

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique