• Ce qu'il y aurait de pire c'est de ne plus y croire

     

    Ce qu'il y aurait de pire c'est de ne plus y croire

    (Dans la maison des Bauchain, détail.)

     

    Nous entamons la troisième semaine de répétitions d'Elle brûle. Les premières semaines de travail ont été impressionnantes de concentration, de précision, d'invention, sur le plateau, et tout autour pour donner naissance à une famille et l'ancrer dans un monde.

    Depuis le bord du plateau aussi, maintenant, nous nous sentons chez nous, sursautons à chaque intrusion, à chaque décalage.

    J'ai l'impression que nous fabriquons un spectacle ultra-sensible, le spectateur, sans doute, sera aussi mis en position d'être très actif, affectivement autant qu'intellectuellement. Chaque geste demandera à ce qu'il l'investisse de sa propre expérience, chaque mot sera un miroir, qui fait que quand Emma tremble, on tremble aussi, quand le système familial déraille on n'est pas loin de croire que c'est la fin du monde.

    Voilà une première intuition sur la théâtralité qui se dessine. Avoir inventé notre façon de travailler fabrique aussi une esthétique qui est propre à ce spectacle, et qui, presque, prend par moments son autonomie. Impose sa propre mélancolie, son propre dosage de douceur et de violence.

    Emma Bauchain, dans sa maison, traverse les années, les moments où elle est en prise avec le monde, puis en déprise totale, en réaction, en tentative désespérée d'action.

    Emma Bauchain reçoit beaucoup, les visites, les coups de téléphone adressés à son mari, les nouvelles de l'extérieur. Elle négocie avec tout ça, se positionne comme elle peut.

    Il faudrait que le spectateur, comme elle, croie dur comme fer à toutes ses tentatives. Et que l'inconcevable le soit vraiment lorsqu'il arrive.

    Parfois, Emma répond, prend la situation sur ses épaules, et dit, comme à cette femme au téléphone: "Ne lâchez pas, ne lâchez rien du tout, ce qu’il y aurait de pire c’est de ne plus y croire".

    Alors elle repart dans le monde. Jusqu'à ne plus pouvoir.

     

     

    « No es una crisis / Nous les vaguesNotre fabrique »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :