• Du sport

     

    Les répétitions de Qui a peur de Virginia Woolf? se poursuivent, les acteurs sont comme des skieurs qui retrouvent la piste et prennent de la vitesse, de la confiance, passent et repassent dans les virages, gagnent en fluidité et en profondeur. Le texte tourne, on reprend autant qu'il le faut les moments les plus périlleux de ce grand slalom à quatre. Dominique Pitoiset, Nadia Fabrizio, Cyril Texier et Déborah Marique retrouvent l'état de fébrilité dans lequel la langue d'Albee met les acteurs, toujours sur le fil: le moindre temps de réflexion, le moindre doute et le virage est loupé, la scène est partie sans nous et il faut courir derrière.

    C'est un théâtre de sportifs, les personnages parlent beaucoup des sports qu'ils pratiquent, ils se jaugent physiquement ("Tu pèses combien?" (...) "Et ta femme elle pèse combien?" (...) "Tu joues au handball" (...) "Tu as fait du foot?", demandent George et Martha à Nick dès le début de la pièce...). C'est un théâtre de la compétition, où l'on se jauge beaucoup pour mieux s'attaquer aux points faibles de l'autre. C'est le théâtre des années 60 américaines, en plein essor du libéralisme. C'est un théâtre qui a encore beaucoup à nous dire aujourd'hui.

     

     

    « AutomneDes dates »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mariette Profil de Mariette
    Mercredi 27 Octobre 2010 à 12:03

    Il paraît que cette Amérique-là est bien rendue dans la série Madmen. Je ne l'ai pas encore regardée. Certains d'entre vous connaissent?

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :