• Elle brûle dans l'Encéphalogramme du Spectateur

    Elle brûle dans l'Encéphalogramme du Spectateur

     

    On trouve aussi Elle brûle dans l'Encéphalogramme du spectateur, que ce relais soit l'occasion de vous inviter à visiter ce blog, indispensable pour suivre l'actualité poétique lyonnaise-mais-pas-que, pour découvrir la puissance de la plume de Pauline Catherinot dans un blog où musique, lectures et textes personnels se rencontrent joyeusement. Je vous avoue mon petit faible pour la rubrique "Textes".

    Mais revenons à la chronique d'Elle brûle, puisqu'on est ici dans la case "revue de presse" (un peu d'ordre, Navarro!).

    Un extrait ci-dessous, et le lien pour apprécier le texte dans son intégralité:

     

    "Après le drame, le drame d’Emma, il faudra du temps pour parler, pour faire parler ce qui s’est tu (pendant et après la représentation). J’ai l’impression que ce temps correspond peut-être à ce début, à ce presque début où les personnages attendent dans une pièce qui ne fait pas encore sens. On sait qu’elle est là.  Que la femme. Qu’Emma. Est. LA. Qu’il s’est passé quelque chose. Que son corps est certainement dans la pièce. De l’autre côté de la cloison. Tous les personnages sont présents. Commence alors une remontée dans le temps entre "réalité" (celle de la fiction) et rêveries (parfois cauchemardesques). On repense alors aux indices semés et exposés dans le petit "Musée d’une famille ordinaire".  Le spectacle débute d’ailleurs son immersion par la visite de ce musée organisé autour de sept panneaux: le cabinet du Docteur Charles Bauchain, le Hall d’entrée, la cuisine… Et si le spectateur/visiteur est attentif, il pourra attraper en vol des indices et découvrir l’identité des personnages, les placer dans leurs quotidiens. Chaque objet glissé sur une étagère… ou dans un nuage sonore. Happé par des mots, par des boîtes, par des fragments de vie, des colliers, des portraits, des disques, la voix de Julien Clerc… C’est peut-être l’enquête qui commence, l’œil scrute le moindre détail sans trop savoir ce qu’il cherche. Avec la seule conscience que tout fera sens, que les boîtes s’ajouteront certainement pour faire bloc et proposer une unicité."

    « Je ne fonctionne plus très bienEmma est morte »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :