• Elle brûle dans Marianne

     

    Elle brûle dans Marianne

    Sur le site de Marianne, trois spectacles sont évoqués aujourd'hui, dont Elle brûle.

    A lire ici.

    Extrait de l'article:

    Pour « Elle brûle », au Théâtre de la Colline, la compagnie « Les Hommes Approximatifs » a banni toute référence à un texte classique. Caroline Guiela Nguyen et les siens se sont emparés d’un simple fait divers, comme on dit, le suicide d’une femme de 51 ans ayant absorbé une dose de barbituriques.
      Nous voilà donc dans une famille ordinaire. Le père médecin ; la mère à la destinée professionnelle indéterminée (comme le reste de sa vie) ; leur fille passablement azimutée ; la grand-mère, comme une ombre parmi les humains un ami de la famille ; sans oublier l’amant de madame ; à l’issue d’une rencontre hautement improbable.

    On les voit vivre au quotidien, s'y empétrer, s'y engloutir. Le père qui part au travail avec sa petite, la grand-mère qui erre, et la mère (superbe Boutaïna El Fekkak) qui s’invente des emplois inexistants, qui se contredit, qui se rattrape comme elle peut, telle la Gena Rowlands du film « Une femme sous influence » de John Cassavetes. Elle se retrouve dans les bras d’un autre sans trop savoir pourquoi, lui promet de le suivre, s’emmêle les pédales, incapable qu’elle est d’assumer ses propres choix, brisée par sa propre (non)vie.
      On rit souvent dans cette pièce, mais c’est un rire de protection face à ces scènes familiales d’une rare banalité qui se transforment parfois en machines à tuer. C’est ce qui arrivera à la jeune femme portée à bouts de bras (et de cœur) par une Boutaïna El Fekkak aussi insaisissable que bouleversante.

     

    « Carcasse doit sortirElle brûle sur Théâtre du Blog »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :