• Elle brûle pendant un mois à Paris

     

    Elle brûle pendant un mois à Paris

     

    (c) Elizabeth Carecchio / La Colline

    Après une belle semaine à Valence, où le spectacle a rencontré le public à la mesure de nos espérances (les plus folles), et continué à évoluer de soir en soir, Elle brûle aborde la seconde étape de l'aventure et se met en route vers Paris. La famille bauchain posera ses valises au théâtre national de la Colline pendant un mois, changera sans doute, réinventera, dans tous les cas, tous les soirs.

    Parce que, il faut sans doute le répéter, la partition n'est pas écrite intégralement, que les mots dits par les acteurs sont différents à chaque représentation hormis quelques rendez-vous précis, des "tops" pour orchestrer entrées, sorties, partition sonore et lumineuse, quelques textes fixés à des moments bien particuliers.

    De mon côté je ne vais pas suivre toutes les représentations du spectacle, mais j'aurai grand plaisir à le redécouvrir ponctuellement, à me laisser surprendre, reprendre par cette histoire, ces personnages, cette spirale dans laquelle Emma nous entraîne.

    Merde aux acteurs et régisseurs qui s'apprêtent à partir dans ce voyage, à Caroline, et à toutes les histoires dans l'histoire, que nous ne soupçonnons pas toujours mais qui se révèlent chaque soir à travers les regards et interprétations des spectateurs.

     

    « Un article sur Elle brûle dans MouvementPaname »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :