• En résidence d'écriture à Sallaumines: Escales / Odyssées

     

     

    En résidence d'écriture à Sallaumines: Escales / Odyssées

    (Vue au loin sur le collège Paul Langevin et le terril de Méricourt)

     

    Début de ma deuxième semaine de résidence à Sallaumines. Pas très long de retrouver mes petites habitudes, ma chambre sous les toits, la maison de briques rouges dans la rue de briques rouges, le collège où je travaille avec quatre classes de 6ème, les visages connus, leur place dans la classe, leurs timidités et leurs facilités.

    A l'origine, une proposition conjointe de la Comédie de Béthune, du Louvre Lens, de la MAC de Sallaumines et de la ville de Bruay-la-Buissière. Quatre auteurs, chacun en lien avec une commune et un collège, travaillent avec les élèves autour de l'Odyssée.

    Et puis chacun écrit son écho à l'Odyssée. Une Odyssée pour aujourd'hui. Une Odyssée pour ces enfants-là. Un Ulysse à Sallaumines. Ville que je découvre, et où j'imagine qu'Ulysse remettrait les pieds, des années après son départ. Comment changent-ils, ces paysages-là, d'anciennes mines, de résidences calmes, de quais de gare? Comment écrire un retour dans le Nord (moi qui ne fais qu'y passer)?

    Il y a deux semaines, c'était la rencontre, sous forme d'atelier d'écriture. Voyages réels et voyages rêvés de ces adolescents, rapport à leur ville et comment ils la projettent dans le futur. Un portrait d'eux, par le prisme de la fiction. Ceux qui ont encore les deux pieds dans l'enfance, ceux qui en sortent doucement ou brutalement. Du rêve d'un pays de bonbons et de licornes, à celui de l'argent et du clinquant de Dubaï. Des voyages passés qu'on voudrait refaire, à ceux, promis par la famille, qu'on n'a pas encore faits.

     

    En résidence d'écriture à Sallaumines: Escales / Odyssées

    (c) MAC de Sallaumines

    Pendant cette deuxième semaine, nous passons au plateau sur de courts dialogues écrits par les élèves, et puis je leur livre à mon tour des extraits de ma pièce en chantier.

    Ça s’appellerait La fille d'Ulysse. Et voici ce que pourraient en être les toutes premières lignes:

     

    Celle qui raconte

    Il y a les vivants, il y a les morts, et il y a les marins, sans cesse à naviguer entre les deux.

    Chacun sait au fond de lui à quelle catégorie il appartient.

    Ulysse, un peu vivant, un peu absent, est de ceux-là.

    Ulysse est un marin.

    Mais aujourd'hui Ulysse est de plain-pied dans le monde des vivants.

    Sur un carrelage blanc.

    Dans une cuisine équipée.

    Avec dans les mains un accessoire de cuisine dont il ne sait pas quoi faire.

     

    Léna

    Papa? Tu bloques encore.

     

    Celle qui raconte

    Ulysse a le mal de terre. Tout semble bouger autour de lui. On dirait que l'évier bascule d'un côté puis de l'autre, même quand il se raccroche à la chaise.

     

    Léna

    Papa?

     

    Ulysse

    Oui?

     

    Celle qui raconte

    C'est ce qui arrive quand on est resté en mer trop longtemps.

    Le corps d'Ulysse a pris tout entier le rythme des vagues. Le corps d'Ulysse ne comprend pas que le paysage reste si stable à travers la fenêtre.

    Les yeux d'Ulysse cherchent le soleil, qui est son repère et son allié, normalement, quand il ne sait plus l'heure qu'il est, quand il ne sait plus où il se trouve.

    Et la tête d'Ulysse...

     

    Léna

    Papa?

     

    Ulysse

    Oui?

     

    Léna

    Tu pleures encore, Papa?

     

     

    En résidence d'écriture à Sallaumines: Escales / Odyssées

     

    En résidence d'écriture à Sallaumines: Escales / Odyssées

    Vues de Sallaumines, mars 2019

     

    « 2019
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :