• EPISODE 20 / NOTES

     

    29 août

     

    Je note que ça bat pavillon bleu blanc rouille, et tranquille ralentissant pour vivre ensemble encore quelques journées de 25 heures. Que la lune se met en scène à bâbord, clair grandiloquent, quel cinéma. Que je me tiens trop haut, trop loin des vagues pour sentir leur odeur, que la suie, que le fuel bien plutôt me rappelleront les journées Atlantiques.

     

    Je note que la baignade invite à la baignade, comme l’écriture à l’écriture, qu’en allant vers le chaud on va aussi vers la moiteur des nuages, qu’un peu plus loin dans l’axe un cyclone est en formation, qu’il faudrait avoir la politesse de le laisser passer, de se maintenir à distance.

     

    Je note que ce sont nos dernières nuits sans moustiques, perdus dans l’océan à la lumière d’un ordinateur portable, que la terre est ronde pour la première fois, qu’il est facile de prendre un banc de poissons pour un nuage, un nuage pour une île, une vague noire pour un cétacé, et que la vie entre nous s’organise dans le sens de la joie.

     

    Je note que sur nos flancs des méduses bleues se forment, que des algues mortes annoncent aussi l’automne, que l’océan peut être à taches et à rayures, que les pistons sont fabriqués pour beaucoup plus de puissance, mais comme on s’aime on traîne un peu, et avec ce petit peu j’ai l’impression de tout savoir.

     

    EPISODE 20 / NOTES

     

    « EPISODE 19 / CHERCHER LE POISSONEPISODE 21 / PROUE »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :