• Flash-back (5)

     

    Monter sur le ring de verre

    (janvier 2009)

     

     

    Un grand carré de verre, de six mètre par six, sera le décor de la pièce, le lieu du huis-clos. Un espace blanc, surexposé, high-tech et cossu. Un ring impeccable, éclairé de lumières crues, où on laisse en entrant manteaux et faux-semblants. Un carré de lumière où l'on ne peur rien cacher. Un bel appartement net, lisse, propre en façade: on est chez la fille du président de l'Université.

    On peut s'y installer comme pour une conversation de salon. Y prendre un verre en échangeant des banalités. Mais très vite les répliques fusent, tranchantes comme des lames. Les deux invités sont comme coincés, pris en otage dans le carré lumineux comme sur la piste d'un jeu dont ils ne connaissent pas les règles. Comme sous la lampe d'un microscope. On est sur un terrain de lutte aménagé comme un salon.

    L'apparence impeccable et design semble n'être là que pour mieux exposer la virtuosité des échanges, qui passent imperceptiblement de la séduction à la violence. Sur le ring, on peut aussi rire et danser, mais sans jamais oublier ce qu'il y a de tranchant dans le verre.

     

     

     

     

    « Flash-back (4) Flash-back (6) »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :