• Le moteur démonté

     

    Gribouilles

     

    Et les doigts dans le cambouis difficile d'en dire vraiment plus pour le moment, le nez dedans, attendre que ça tourne, que peut-être ça fonctionne et décolle, le ronronnement du théâtre...

     

     

    « 30 secondes de diamantsL'attente du soir, de Tatiana Arfel »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 18 Septembre 2011 à 20:39

    Zut, on n'arrive pas à lire.

    2
    Tiernvaël
    Dimanche 18 Septembre 2011 à 23:39

    Bel éventail, tout de même ! Pas beaucoup raturé, biffé, caviardé, néanmoins. Mais peut-être est-ce déjà une version "présentable" ? Oui c'est vrai, c'est irritant de ne pouvoir lire.


    Et si c'était le moment de lire "Cambouis", d'Antoine Emaz ? Là aussi, c'est la cuisine, l'arrière boutique, là où tout mijote, hésite, se dessine, se fait, sans justification, de sa propre autorité.


    Ou simplement laisser prendre l'air, comme ça, s'en remettre aux vents coulis. En tout cas, suivre Cioran : Ne désespérez jamais, faites infuser davantage.

    3
    Mariette Profil de Mariette
    Lundi 19 Septembre 2011 à 13:01

    Anne: Trop fragile encore pour permettre le zoom dedans... S'amuser un peu de la frustration, en attendant... de la vue d'avion... Donner quelque chose à voir de ces journées si peu spectaculaires, contrairement aux périodes de répétitions où tout fait si facilement image...

    Tiernvaël: Merci pour les références et les encouragements... Les principales ratures se font sur l'écran, mais on trouve toujours à noter et raturer quand même, pour le plaisir du geste. Et je rajoute Emaz sur la liste des nécessaires...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :