• Machine / Aimant

     

    Quelques pages de plus de Perdre.

    Où je me rends compte que si je mets tellement de temps à peaufiner ce texte c'est qu'il y a deux textes en un. Le premier est terminé, il est le tremplin pour que j'aille, dans le second, là où je ne suis jamais allée. 

    Oui, c'est plus romanesque. 

    C'est plus long.

    J'ai la machine qui me permet d'écrire une infinité d'histoire. Et je ne veux pas la sous-exploiter, ni rester à la surface.

    Ce texte est un aimant où le monde vient se coller de façon troublante à mesure que j'avance.

    J'y avance à visage plus découvert, même si les personnages sont avant tout des hommes cette fois-ci (je me rends compte).

    Je raconte des histoires.

    Je digresse. Je change de ton dans la même phrase.

    Je prends mon temps, je ralentis.

    Je voudrais m'enfermer des jours et des nuits avec lui (je ne peux pas). M'arrêter à chaque pas de mes personnages (ils marchent et ils mangent). Avoir l'impression que tout ça a duré cent ans. Perdre la notion du temps. Apporter des réponses aux questions qu'on ne me pose pas.

    Cela pourrait aller assez vite, de terminer, je sais quelle route prendre. Mais je veux être sûre de ne rien oublier, le long du paysage.

    Je terminerai quand le prochain texte bousculera derrière, deviendra une évidence.

     

     

     

     

     

    « Images de Carcasse(s)Du même pas. »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Farafin
    Dimanche 17 Mars 2013 à 19:05

    C'est passionnant de suivre ainsi Perdre dans son écriture, son évolution, ses pauses, ses errements, sa voie qui se trace. Merci Mariette de nous rappeler qu'écrire est toujours aventure, vie au creuset : on le sait comme lecteur, quand on lit un texte, un vrai, on s'aventure tout autant, on pétille, on se prolonge de partout.


    Alors j'attends avec une infinie et résolue patience de gagner Perdre.


    So long !

    2
    Mariette Profil de Mariette
    Dimanche 17 Mars 2013 à 19:11

    Il est temps tout de même que j'en vienne à bout, mais il me surprend encore le bougre, me donne du fil à retordre et à dérouler...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :