• Miquelon (1)

    Parce que c'est bien à l'archipel dans son ensemble que notre projet s'adresse, parce qu'il était inconcevable pour moi qui mets pour la première fois ici les pieds de ne pas connaître Miquelon et Langlade, parce que du soleil était, en plus, annoncé pour la fin de la semaine et que la traversée pouvait se faire dans de bonnes conditions, parce que c'était l'occasion d'aller à la rencontre des habitants et de prendre encore des images plein la tête, nous sommes partis le vendredi soir pour Miquelon à bord du Cabestan. Une heure de bateau depuis le port de Saint-Pierre à celui de Miquelon.

     

    Miquelon (1)

    Miquelon (1)

    Miquelon (1)

    Miquelon (1)

    (Le village de Miquelon, vu de l'intérieur, de la plage et du Cap)

    Miquelon, quelques centaines d'habitants et des kilomètres de montagnes, de falaises, de dunes. Un appel à l'exploration.

    Nous proposons aux miquelonais une lecture du texte de Ben Rice que nous avions lu à Saint-Pierre, Pobby et Dingan. Il résonne encore différemment, lu à trois voix dans la salle de Miquelon Culture Patrimoine, nous parlons de la force de la croyance, de la rumeur, de la fiction. Une façon de se rencontrer autour de la littérature et d'évoquer les suites possibles, la venue d'un spectacle de la Cie du Veilleur à Saint-Pierre comme à Miquelon en 2015...

    Une façon de ne pas être des touristes, et de partager et expliquer notre travail, tout en préparant la grande promenade du lendemain...

     

    « 30 secondes de baignadeMiquelon (2) »
    Partager via Gmail

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Jeudi 5 Juin 2014 à 05:30

    C'est étonnant de voir jusqu'à quel point cela ressemble à la région du Québec que nous appelons la Côte Nord et qui, géographiquement, est dans le même axe que St-Pierre et Miquelon. Mêmes paysages, sensations désertiques, solitude, le silence que l'on devine en regardant les photographies, les habitations de bois qui paraissent d'un autre temps. Gilles Vigneault, qui est de cette Côte Nord, parlant de son village natal, disait : "À Natashquan, pour entendre le silence, il suffit de se taire." J'imagine que c'est la même chose à Miquelon.

    2
    Jeudi 5 Juin 2014 à 14:44

    Je pense aussi que ce sont des pays jumeaux: langue, silence et paysage...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :