• My own private rentrée des classes

     

    J'allais commencer un petit message sur la mise en place de mes projets de "rentrée" quand je suis tombée sur une émission de la radio canadienne où Alain Farah, dont j'ai chroniqué le livre Matamore n°29, ici, analyse avec beaucoup d'humour le mot "rentrée":

     

     

    Voilà pour l' (r)entrée en matière. Bien que je n'ai guère décroché de mon ordinateur cet été, qui fut aussi studieux que pluvieux, je décide de participer à l'électricité ambiante, au choix des nouveaux stylos, à l'épreuve du cartable et du nouvel agenda, déjà trop petit pour ce que j'ai à y mettre en place. 

    Outre le fait de reprendre incessamment sous peu ma plongée dans Prodiges®, cette année sera placée sous les signe des ateliers. C'est avec plaisir que je vais retrouver mes écrivains de notre feuilleton radiophonique bordelais pour la présentation d'une lecture d'extraits du travail de l'année, la matière est trop immense pour pouvoir la donner à entendre en intégralité, alors préparer, avec Aurélie, le plus juste reflet possible, du travail de chacun, des différents univers: extraits du feuilleton et d'autres exercices pratiqués au cours de nos explorations. Formes brèves. C'est sans doute sur cela que j'interviendrai si je viens les retrouver pour une ou deux séances au cours de la saison qui vient.

    Préparer aussi, de nouveaux ateliers avec l'espace Malraux de Chambéry. Une autre formule, cette fois, et un autre public. Il s'agit d'animer des modules de 6 heures en écriture, en parallèle de modules de 6 heures de jeu animés par Christian Giriat, auprès d'élèves de lycées professionnels, et toujours en lien très étroit avec un spectacle de la saison. Cette formule me plaît beaucoup, elle me permettra de cibler des choses très précises, même si c'est un immense défi et qu'il ne sera pas sans trac. Mais c'est pour le plaisir, aussi, de travailler avec Christian et de construire ensemble une réflexion, une dramaturgie. Une pédagogie, aussi.

    Autre projet sur ce premier trimestre: des ateliers à l'université de Metz, auprès d'étudiants en art du spectacle. Ici aussi j'imagine quelque chose qui sera à la frontière entre dramaturgie et écriture.

    Cette année d'écriture, où j'aimerais aussi faire quelques résidences, sera rythmée par la transmission. Il va me falloir apprendre à faire dialoguer écriture et ateliers, à équilibrer le temps et l'énergie, à faire que les choses se nourrissent et n'empiètent pas trop les unes sur les autres.

    Je continuerai aussi à faire partie du groupe de lecture et de réflexion du Théâtre de la Colline, où nous débusquerons de nouveaux textes pour les journées des Textes sans attendre.

    Et puis bien sûr, très vite dans l'année, nous commencerons à préparer Le Bal d'Emma pour sa création à Valence au mois de juin: préparer le terrain, la matière, le canevas, l'architecture, le territoire, pour mieux pouvoir arpenter et réinventer pendant les répétitions. A suivre, évidemment.

    Est-ce que j'avais osé dire à quelqu'un que, promis, ce serait BEAUCOUP plus calme cette année??...

     

    My own private rentrée des classes

     My own private rentrée des classes

     

    [En marchant dans Chambéry, de toute façon, tout me rappelle à la rentrée, non?]

     

     

     

    « Traces d'une rencontre30 secondes d'éclairs »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 31 Août 2011 à 18:55

    Mazette, tout de même ! bravo, et ... bon courage !

    2
    Mariette Profil de Mariette
    Mercredi 31 Août 2011 à 22:38

    Pour une année je-me-consacre-rien-qu'à-écrire-pour-moi c'est pas gagné, mais c'est plutôt excitant...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :