• Naissance d'une théâtralité: ça vibre

     

    ça vibre

     

    Dans cette dernière semaine de répétitions de la création du Chagrin à la Comédie de Valence, je suis de nouveau dans la salle, et quelque chose me saute aux yeux de la théâtralité qui est née, dans cette accumulation de détails, de recherche infime, de récits tissés, d'objets construits, d'entremêlement de sons et de lumières.

    La narration est là, ce que font ces personnages ensemble, le drame qui les réunit: mais ça ne semble pas être le premier plan de l'objet qui palpite. Quelque chose est là d'une vie plus sourde, sous les mots, sous l'histoire. Une vibration qui situe la théâtralité à un endroit inhabituel, qui oblige à placer son attention différemment: à l'endroit de l'infra, l'endroit de ce qui se joue en amont même de la représentation, sous la surface.

    Esthétiquement, ça vibre, émotionnellement aussi: c'est comme si l'endroit central du spectacle était le pouls qui bat sous la narration, juste en-dessous d'un roman possible.

    En tant que spectateur, on est mis dans un état, celui d'une écoute particulière, qui nous demande d'ouvrir tous les sens, de nous rendre réceptifs aux moindres codes d'un univers qui n'est pas reconnaissable a priori, dont on n'aura pas de clés réalistes, et qui ne cessera pas de se transformer tout au long du spectacle. Tout est en place pour nous proposer un voyage hors de l'espace et hors du temps, de l'ordre de l'expérience plus que du discours.

    On comprend qu'on ne se promène pas dans un drame particulier, mais dans ses échos de tous les bruits d'un monde. Celui que forment ces cinq-là réunis.

    Bruissement des cigales, des grenouilles, des mains tendues et des douleurs.

     

    ça vibre

     

    ça vibre

     

    ça vibre

    (Photos de répétitions - détails)

     

    « Les feux de poitrine (extrait)Ouverture du Chagrin »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :