•  

    Quelques jours avant le festival des Polyphonies de Rennes où je suis invitée, une "flash Mob" (mobilisation éclair!) est organisée dans les rues de Rennes, avec pour point de départ un extrait de Nous les vagues donné en choeur et en langue des signes. Explications sur la vidéo:

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Nous les vagues est finaliste du Grand Prix de Littérature Dramatique, avec Les Morts qui touchent d'Alexandre Koutchevsky, Nema de Koffi Kwahulé, Clôture de l'amour de Pascal Rambert et Lotissement de Frédéric Vossier. 

    En belle compagnie, donc, en attendant le choix du jury le 12 novembre.

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  

    Lecture toulousaine de Nous les vagues, librairie Oh les beaux jours

     

    Le bruit des vagues ne semble pas décider à s'interrompre cette fois encore (ce qui me fait dire que des fois c'est vachement mieux d'écrire du théâtre ou de la poésie qu'un roman de la rentrée littéraire voué à ne vivre que quelques semaines...).

    Ce jeudi 27 septembre c'est à Toulouse que ça déferlera, dans la librairie Oh les beaux jours, et dans une lecture de la comédienne Sophie Delarue. C'est à 19 heures, ai-je cru lire, et tous les renseignements sont au demeurant sur le site de la librairie.  (dont le nom aux accents beckettiens ne peut que me plaire.)

    Amis toulousains, n'hésitez pas à faire circuler autour de vous!

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    La création de Nous les vagues par Patrice Douchet reprend pour quelques dates, à noter dans ton agenda maintenant parce que ça arrive très vite aussi!

    C'est donc du 10 au 13 octobre à Saran (45)

    - mercredi 10 octobre à 20h30

     - jeudi 11 octobre à 19h30

     - vendredi 12 octobre à 14h30 et 20h30

     - samedi 13 octobre à 20h30


    Avec une reprise au Théâtre de l'Ephémère du Mans du 5 au 7 décembre 2012.

     

    Distribution:

    Mise en scène Patrice Douchet

    Assistante à la mise en scène Marta Aishe

    Avec 

    Cantor Bourdeaux 

    Océane Desroses 

    Dominique Journet Ramel 

    Jacques Courtès 

    Scénographie et costumes Danièle Rozier

    Réalisation costumes Justine Vivien  

    Chorégraphie Nadezda Belajeva

    Travail vocal Fabienne Pralon

    Création lumières Jonathan Douchet  

    Création son : Christophe Sechet

    Direction technique Damien Grossin

    Régie son Raphael Quédec

    Affiche François Caspar 

     


    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

     (c) Sylvie Gauduchon

    "Ah les maudits que nous avons toujours été, dit-on, comme si c'était tatoué sur nos peaux depuis disons toujours, la marque rouge de nos prénoms complémentaires et de nos fureurs contenues." (partie 4)

     

     

    Toujours, dans le milieu du théâtre, on entend que monter un texte d'un auteur contemporain, a fortiori d'un "jeune auteur", c'est un terrible risque, que dans la crise comme elle va on ne peut pas se permettre de bousculer trop le public dans son confort, dans ce qu'il attend, dans ce qu'il connaît déjà et vient tranquillement reconnaître. Alors on monte Feydeau, on rigole un bon coup, on a été conforté dans ses idées, on rentre tranquillement à la maison, on a consommé de la culture, on peut rallumer la télé.

    Heureusement, il y a les théâtres, les metteurs en scène, qui pensent que c'est justement leur boulot de bousculer un peu, de faire bouger les lignes, et d'amener le spectateur à apprécier aussi ce qu'il ne connaît pas.

    Et puis il y a ceux, en plus, qui ont le culot de propositions entières, fortes et affirmées, qui cherchent et expérimentent et articulent les formes à la nécessité du fond.

    Merci à Patrice Douchet et à toute l'équipe de la création de Nous les vagues d'avoir fait une proposition si franche, si complète, qui ne cherche pas à faire de compromis, qui propose un dispositif différent pour chaque partie, qui interroge sans arrêt les modalités de ce "nous", qui va chercher directement du côté du ventre là d'où ça vient, là où ça se passe, l'envie de déferler et les doutes qui retiennent ou annulent.

    Merci d'avoir osé aller jusqu'au rock, la manif, le mégaphone (très belle utilisation, je n'en dis pas plus, il faut aller voir), la tempête, merci pour les images, les sons qui revisitent, ouvrent, fabriquent de vrais moments, de vrais objets, se promènent dans l'imaginaire collectif, et redonnent (pour moi en tous cas) un vrai souffle de vie à ce texte sur lequel je n'ai bien entendu plus aucun avis, aucun recul.

    C'est une drôle d'expérience, plus fortement encore que pendant les lectures, de partager ce qui a été écrit toute seule à mon bureau, il y a presque trois ans déjà, de voir les colères, les images, les doutes réactivés. Mais cela du moins permet il me semble de retrouver courage, de se reconnaître et de se compter.

    En France à la veille d'élections présidentielles, mais aussi dans l'Europe qui tour à tour s'indigne et se résigne, les colères qui avaient motivé l'écriture du texte prennent une autre dimension encore. J'ai entendu dans le spectacle la voix des manifestants grecs et celle, collective et posée, des Anonymous.

    Merci de m'avoir rappelée à la nécessité d'intransigeance. On n'en est plus au compromis je crois. Il faudrait , me dis-je, que le théâtre plus généralement prenne acte, vite, de cet état d'urgence, et serve de tremplin pour organiser "la pensée commune". Ecrire la suite dans ce sens, donc.

     

    (c) Sylvie Gauduchon

    "Nous avons parfois le calme inquiétant des coupés en deux par le milieu, des assis pour l'éternité le cul entre deux chaises, des êtres éternellement sur le point d'accomplir des choses immenses mais regardant la pluie tomber, mais accomplissant d'autres choses pour les autres, vérifier le cartable de l'enfant, passer, rassurante, la main dans les cheveux, donner un rendez-vous, faire que concordent les horaires." (partie 3)

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique