•  

    Cher lecteur, je te renvoie à un dossier fraîchement mis en ligne sur le site de la revue Agôn, par Sylvain Diaz, docteur en études théâtrales et ami. Tu y trouveras un portrait, un entretien, un article sur le texte et des extraits des fiches de lecture des étudiants de Licence 2 à Lyon II.

    C'est ici, et ça vaut bien entendu la peine de se plonger dans tous les nombreux dossiers et entretiens de la revue.

     

     

    capture

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Le 21 mai, les éditions Quartett sont invitées à la Librairie du Théâtre du Rond-Point. Lecture d'extraits des derniers textes de Lancelot Hamelin, Bernard Souviraa & myself. Encore une occasion de se voir, génial, non?

     

     

    lecture Nous les vagues

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  

     

    nous les vagues

     

    Depuis près d'un mois, Philippe Canales, comédien de la Compagnie du Veilleur (il a été question de lui ici) et Mathilde Billaud (qui a signé la création sonore des spectacles de la compagnie, dont Qui a peur du loup?), sont à Saint-Pierre et Miquelon, pour un vaste projet de rencontres et de créations avec les habitants de l'île.

    Samedi soir, ils ont choisi de lire Nous les vagues, qui leur a semblé particulièrement en résonnance avec l'actualité de l'île.

    Je découvre quelques extraits de cette lecture grâce au journal sonore que tient Mathilde tous les jours et que je vous invite vivement à aller écouter ici!

    En voici un extrait, je jour 28:

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Et bien voilà, j'ai mes vagues dans les mains, j'ai signé le service de presse, bientôt elles déferleront dans les librairies (à partir du 15), ou sur commande dès demain sur le site de Quartett...

    En attendant, un extrait est en ligne sur la très belle revue remue.net

    Bonne lecture, et, bien entendu, remarques et commentaires sont les bienvenus...

     

    remue.net


     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

     

    Le métier qui rentre

     

    En avant-première, à quelques jours de sa sortie, voici un aperçu de la couverture de mon deuxième livre, encore une nouvelle étape pour ce texte commencé en 2009 sur la côte algérienne, en attendant que d'autres s'en emparent, peut-être?

    Il paraîtra le 2 mai, disponible dans les librairies dès le 15 et en commande directe chez Quartett.

    Quelques extraits de la préface de Philippe Malone:

     

    "Il y a dans ces vagues dont nous parle Mariette Navarro, un écho dans le monde qui nous semble familier. Commencé d’écrire en Algérie en 2009, achevé un an plus tard à l’aube des soulèvements du Maghreb et du Moyen-Orient, «Nous les vagues» résonne en effet d’une curieuse actualité. C’est que la jeunesse dont elle parle a sans doute plus à partager qu’à posséder, plus à gagner quoi qu’on en dise, qu’à tout perdre. Ailleurs. Et ici. (...)
    L’écriture de Mariette Navarro avance par touches successives. La netteté s’obtient à ce prix, par calage graduel du détail, par mise au point minutieuse, jusqu’à la coupure du réel. Et si l’impératif enjoint la vague à se déchaîner – longue liste d’ordres et d’injonctions de la première partie – l’emploi du futur au contraire l’apaisera, tempèrera ; flux et reflux de vagues qu’épouse sans faille la liquidité d’une langue. Récit d’un élan, de son enthousiasme, mais aussi de ses doutes, de ses reniements, «Nous, les vagues» se décline au présent, s’arroge le futur qu’il brandit comme étendard, et se termine à l’imparfait. A suivre, semble pourtant nous dire l’auteure. Ou mieux. A faire."


    Nous les vagues sera suivi d'un autre court texte écrit et mis en espace à l'école du TNS en 2006, il a changé de titre entre temps, s'appelle maintenant Les Célébrations après s'être appelé Le brouhaha des retrouvailles: pour ceux qui étaient là, il s'agit de la lecture que j'avais faite au dernier étage de la tour de Chimie désaffectée du campus de Strasbourg. Un petit texte pour lequel j'ai encore beaucoup d'affection et qui me rappelle une très agréable collaboration, dans le choix du lieu et l'organisation de la mise en espace, avec Maëlle Payonne.

    D'ailleurs, petit clin d'oeil, j'ai retrouvé grâce aux archives de l'école du TNS, une unique photo de cette lecture, myself en personnage-veut-tout-bien-faire-comme-il-faut pour organiser la célébration des retrouvailles d'un groupe d'anciens amis, mais se prend, à la place, "les pieds dans le coeur".

     

    nous les vagues

     

    (C'est de la très mauvaise qualité parce que c'est une capture d'écran, mais j'essayerai de récupérer l'original un de ces jours...)

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique