• Ombres et couleurs

     

    A cette étape de travail, où nous avons notre décor et commençons à tracer plus précisément les lignes de la mise en scène, il nous paraît important d'être attentifs à l'équilibre qui se dessine entre l'ombre et la clarté, l'obscurité et les couleurs, visuellement comme dans le sens de ce que nous donnons à voir. 

    C'est que dans notre boîte en tulle, où les parois sont tantôt opaques tantôt transparentes, où le mobilier est plutôt sombre, les couleurs des costumes et des accessoires prennent une grande importance. Si Dimitri, au début, se fond dans le décor, Livia et Flora amènent des touches de couleur, de vitalité, de fantaisie. Des rouges, des roses, des bleu ciel.

     

     

    Costumes

    [matériau de travail]

     

    Marine Roussel, costumière du projet, procède par petites touches, pour trouver le bon équilibre dans la peinture de l'ensemble. Manuel Desfeux, l'éclairagiste, travaille aussi sur les ambiances diurnes et nocturnes, chaudes ou froides, selon ce que vit Dimitri.

    Cette recherche est d'autant plus importante que la pièce se compose comme notre décor: un fond plutôt sombre (la guerre, l'isolement, la solitude de Dimitri), sur lequel viennent s'inscrire des moments lumineux: les jeux, les tendresses, les rêves et les envolées.

     

    « Vue du théâtreEchos au monde / Echos aux contes »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :