•  

    BookCrossing: premiers pas

    (Un petit bateau qui descendait la Saône)

     

    J'ai fait mes premiers pas dans le BookCrossing.

    Parce que j'aime toujours autant acheter des livres et que les murs, les bibliothèques ou les cartons de déménagement ne sont pas extensibles. Parce que j'ai toujours rêvé de faire ça: déposer des livres sur les bancs publics. Parce qu'il y a en plus l'excitation de pouvoir suivre son parcours.

    Bien sûr on peut faire ça de façon sauvage, salut, livre, advienne que pourra. J'ai opté pour la version curieuse et pour l'envie de savoir qui les livres rencontreront, et jusqu'où ils poursuivront leur voyage. Parce que j'ai toujours rêvé d'une bouteille à la mer dont la réponse me revienne, d'un ballon qui parcoure des kilomètres avec un message au bout, d'un bateau de papier qui contienne un message.

    Alors j'ai franchi le pas, je me suis inscrite sur le site www.BookCrossing.com, j'ai enregistré quelques livres que j'ai lus et appréciés mais que je ne pense pas relire, ou bien que je retrouverai facilement. Je les ai étiquetés, avec un numéro pour chacun attribué sur le site, et avec un message pour inciter celui qui le trouve à le signaler, pour que nous puissions suivre la trace du livre en question.

    Je suis toute excitée de ce nouveau jeu, et inquiète du devenir de mes livres. Je les ai protégés dans du plastique , laissés bien en vue sur des bancs publics, j'ai eu le coeur qui battait en les déposant de peur qu'on ne me voie, j'ai eu le coeur battant en repassant quelques minutes plus tard (ils étaient toujours là), et je regarde régulièrement par la fenêtre les gens qui passent et qui ont l'air de lire quelque chose (ah non c'est son portable, ah non c'est un paquet de chips...)

    Je pense "libérer" trois ou quatre livres pour le début de l'expérience, et advienne que pourra... Peut-être qu'ils finiront dans une poubelle ou dans le sac de quelqu'un qui ne souhaitera pas poursuivre le jeu. Peut-être qu'ils réapparaîtront au bout de plusieurs années.

    Et moi je continuerai à en déposer ici ou là, au fil de mes voyages.

     

    *

     

    Suite: Récit de ma première journée de BookCrossing.

    Aujourd'hui j'ai libéré six livres.

    Les deux premiers ce matin, avant d'aller faire mes courses. Sur deux bancs assez éloignés les uns des autres, enveloppés dans des sacs plastique transparents. Quand je suis revenue des courses, déception, ils étaient toujours là. Mais quand je suis sortie l'après-midi pour déposer les suivants, ils n'y étaient plus.

    Cet après-midi, prise dans mon élan et dans l'enthousiasme de ce nouveau jeu, j'en ai libéré 4 autres. J'ai essayé de m'amuser avec les lieux: l'un (dans un plastique avec post-it "servez-vous") dans le panier d'un Velo'v. Une première cycliste a feuilleté et remis en place, le vélo a été le dernier à être emprunté à la borne. Quand je suis repassée, le vélo n'était plus là, le livre non plus.

    Deux autres à la sortie du métro Croix-Rousse, partis en quelques secondes: le premier sur le siège du photomaton, l'autre à la sortie-même.

    Le dernier, dehors encore, sur l'esplanade du Gros Caillou et de manière à être visible de ma fenêtre. Mais des enfants ont joué avec et enlevé le plastique de protection. (Ils l'ont apporté à un adulte qui leur a poliment demandé de le remettre à sa place). Craignant qu'il s'abîme avec la pluie (un beau POL), je suis venue le récupérer et l'ai mis à la place de l'autre dans la cabine de photomaton. Je suis restée un moment, un homme est venu faire des photos, a feuilleté mais remis à sa place. Ensuite, mystère, je suis repartie.

    Alors peut-être des nouvelles dans les jours qui viennent, dans dix ans ou plus jamais? En espérant quand même que ceux qui emportent apprécieront...

     

    *

     

    PS: Si vous souhaitez que je vous "parraine" "marraine"sur le site (je ne sais pas du tout à quoi ça sert, mais c'est pour le fun, et pour pouvoir suivre nos activités respectives!), et que vous voulez commencer à jouer à ce jeu (assez prenant!), laissez-moi un message dans les commentaires!

    PS2: Bah oui, il y a des journées où on ne fait pas que travailler...

    PS3: Je n'ai pas encore "libéré" de théâtre, mais peut-être que je pousserai le militantisme jusque là, avec des textes que j'ai en double?

     

     

    Partager via Gmail

    16 commentaires
  •  

    Comme en 14

     

    En 14 ça va continuer à avancer plus vite que nous parfois, à secouer dans les virages.

    Ça va grincer peut-être mais aussi rouler rouler, et passer des frontières, et voir des horizons s'ouvrir d'un coup.

    En 14 ça va prendre des tournants inattendus, ça va surmonter des montagnes et traverser des mers (dans la pensée du moins), ça va glisser tout seul.

    Ça va se rejoindre, s'embrasser sur les quais, se faire briller les yeux.

    En 14 ça va être de fer sur la lancée, ça va faire tourner les turbines.

    En 14 ça va tracer des lignes, ça va faire des liens, ça va y voir plus clair.

    Ça va bouger et en même temps prendre ses aises.

    Ça va coller son nez à toutes les vitres pour ne pas en perdre une miette, ça va mettre le nez dehors et courir le long des voies, se "déposer" sur le bord des banquettes.

    En 14 ça va continuer à tracer des chemins qui ne sont d'aucun trajet prévu, ça va traquer les territoires inconnus.

    Ça va se perdre loin des gares et

    loin des fenêtres et

    loin de toute chose rassurante.

    En 14 ça va se démener pour faire de la vie et garder le soleil

    En se retournant sur les tristesses laissées sur le chemin le long de 2013,

    En ne laissant pas les défaites gagner trop de terrain.

    En 14 ça va retrouver la colère et le rire mélangés:

    La belle locomotive.

    En 14 ça va tout faire pour que l'on reste du côté chaud de la vitre.

    C'est tout ce que je vous souhaite les amis.

    Belle année, dans ce 14 d'un nouveau siècle.

     

    En 14

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

     

    A partir d'aujourd'hui

    et jusqu'à l'année prochaine

    (voire l'année suivante)

    Je prends quelques vacances de téléphone et d'internet

    Je festoie

    J'aime

    J'écris un nouveau texte

    Je lis

    J'oublie l'heure qu'il est

    Je marche

    Je prends des trains vers des destinations connues de moi seule

    Je regarde Breaking bad et top of the Lake

    Je dis oui avec enthousiasme

    Je dis non avec fermeté

    Je taille mes crayons

    Je prépare des soupes

    J'essaye des robes

    J'échafaude des plans diaboliques

    J'étire les journées

    Je donne des rendez-vous secrets

    Je disparais

    Je structure un voyage imaginaire

    Je réarrange les rituels

    Je fais défaut s'il le faut

    Et je vous prie de m'en excuser

    A bientôt

    M

     

    Image glanée ici.

      

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

    Plonger dans des eaux nouvelles

     

     

    Après le feu d'Elle brûle et celui d'une création de théâtre qui demande d'être sur le qui-vive, de répondre au spectacle en train de se faire et à ses transformations de chaque jour, après les explorations terrestres de Perdre, et même souterraines quand ça descend dans les enfers de la langue ou le feu du volcan, je pressens que ce qu'il y a à écrire maintenant sera en rapport avec l'eau.

    Peut-être, toujours, parce qu'il y a à écrire à propos d'un certain voyage, peut-être parce qu'il va me falloir plonger plus encore que précédemment, peut-être parce que j'ai envie d'une grande douceur, d'un grand calme. Malgré ça je rencontrerai sans doute une nouvelle fois les vagues d'une révolte, d'une dérive, du monde tel qu'il me fait hurler me rend muette.

    Je ne sais pas. Il n'y a ni histoire ni forme encore, mais des territoires qui se précisent, de grandes mers intérieures que j'explore quand je rêve, qu'il faut que j'attrape maintenant dans l'état mi-conscient de l'écriture.

    On dit: il y a les vivants, les morts, et les marins entre les deux. Il y a les artistes aussi, dans l'espace intermédiaire, devant s'extraire du monde un peu, le survolant parfois pendant de longues semaines, devant devenir myopes à tout ce qui empêche et ramène au sol, sourds volontairement aux appels, devant oublier le temps, les emplois du temps, les rendez-vous, la vie sociale, les règles, la vie professionnelle,  et pourtant branchés à tout (un sursaut dans notre entourage et c'est le monde qui s'écroule), retranscrivant le présent comme il nous traverse pour tenter d'en comprendre quelque chose.

     

    [L'illustration, je n'en ai pas les références mais je l'ai trouvée ici. Si quelqu'un en sait plus je suis preneuse]

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Bonjour, vous. 

    Une fois n'est pas coutume, je poste une youtuberie et partage ce qui me tralalère en refaisant ma valise.

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique