• Premiers pas à Saint Pierre

     

    Premiers pas à Saint Pierre

     

    Premiers pas à Saint Pierre

     

    D'abord, il faut passer dans la même journée de Paris à Londres, puis de Londres à Terre Neuve, et enfin de Terre Neuve à Saint-Pierre, en étant bien sûre d'avoir perdu toute notion du temps et de l'espace, pour s'ouvrir à la rencontre avec de tous nouveaux paysages, avec un tout nouveau monde.

    La brume nous le cachera un peu, d'abord. Puis la pluie battante. Et aujourd'hui, la neige. On joue à cache-cache avec la montagne, avec les bouts de mer qui apparaissent au bas des rues en pente, on aura bien le temps (cinq semaines) pour s'apprivoiser, pour prendre les repères.

     

    Premiers pas à Saint Pierre

     

    Premiers pas à Saint Pierre

     

    Premiers pas à Saint Pierre

     

    Mais en attendant, la rencontre est d'un autre ordre. Ce sont les premiers pas du projet de résidence mené par Philippe Canales et auquel je participe avec Mathilde Billaud. Avec différents groupes, tout au long de notre séjour, nous allons promener notre laboratoire, et inventer ensemble autour de la notion d'impossible. Avec les enfants (nous avons commencé cette semaine avec une classe de CP), nous créons des histoires pour redonner des forces à une pierre de Mange-Mots bien fatiguée par son voyage dans l'espace. Avec les adultes rencontrés hier soir, nous utiliserons les outils du théâtre pour travailler à la perte de repères et à l'invention de nouveaux mondes, à partir d'Alice au pays des Merveilles et De l'autre côté du Miroir, de Lewis Caroll.

    Tous les mercredi, j'animerai des ateliers d'écriture avec des enfants et des adultes, où nous inventerons de petites formes sur les mêmes principes de détournement des règles de la logique et de l'ordre établi. Nous voyagerons de l'autre côté de nos propres miroirs.

    Tous les samedi, avec les participants qui le souhaitent, nous organiserons une lecture publique, découverte et mise en voix d'un texte (nous en avons apporté quelques uns dans nos bagages).

    Et le dimanche, nous nous promènerons.

     

    Premiers pas à Saint Pierre

     

    Malgré ces conditions froides et pluvieuses pour commencer, il y a quelque chose de très doux et de très serein ici. Un très grand calme qui donne envie de prendre le temps et de vivre au présent. On dépose doucement la fatigue pour se laisser aller à ce qui se présentera, aux nouveaux mondes que nous ferons naitre ensemble, un geste d'impossible sur une page blanche.

     

    « Zone d'amour prioritaire, d'Alexandra BadeaLes maisons vives »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Mardi 6 Mai 2014 à 21:31

    J'ai toujours trouvé étrange ce bout de France, dans le Nouveau Monde. À Saint-Pierre, pas de traces de la Renaissance ou d'époques plus anciennes, comme on en voit en France. La dernière photo ressemble à un hameau de la Côte Nord, au Québec, un peu au nord de Saint-Pierre, là où est né Vigneault.

    2
    Mardi 6 Mai 2014 à 21:34

    Le soleil a l'air de se montrer, je vais partir en quête d'autres images!

    3
    david map
    Mercredi 7 Mai 2014 à 00:18

    Ca m'inspirerait ce genre de parenthèse, ce pas de côté.

    Profite bien Mariette.

    A default de paysages immenses et désolés, Perdre avance et ça m'enchante.

     

    4
    Mercredi 7 Mai 2014 à 03:02

    @ David: oui, ce pas de côté n'est pas sans liens avec ce que nous nous racontons. Et à quel point ça fait du bien de se déplacer, dans tous les sens du terme. Je t'embrasse.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :