• Prodiges®

     

     

    Félicitations, madame, c'est une comédie.

     

    Prodige du latin prodigium «événement prodigieux, chose merveilleuse»

    1. événement extraordinaire, de caractère magique ou surnaturel

    d'où 2. a) personne extraordinaire b) chose extraordinaire, surprenante.

     

    Voici mon titre! Après plusieurs mois de "brainstorming" infructueux (titres trop longs, trop moches, trop précis, trop réducteurs, trop lointains, trop banals, déjà pris), voici que s'impose Prodiges®. Le petit"®" sera peut-être facultatif, on verra, il s'agit de garder trace de "la marque" sans la citer, et donc d'évacuer la référence pour mieux la faire passer dans la situation même. C'est bête, mais c'est une vraie délivrance de ne plus me heurter à ce mot-marque-référence à chaque fois que j'ouvre mon document de travail, et à pouvoir plonger maintenant intégralement dans mon univers.

    Et "Prodiges" semble cristalliser plusieurs pistes autour desquelles je tourne dans ce texte:

    - les articles vendus comme prodigieux, magiques, merveilleux et leur faculté revendiquée de changer la vie, de s'inscrire dans le progrès et dans une "formidable aventure humaine".

    - Les trois personnages, trois petits "prodiges" de la vente et de la parole.

    - Mais aussi, surtout, le prodige que représente le récit, la fiction, qui peut construire et déconstruire des mondes devant nous, provoquer toutes sortes d'émotions, jouer avec les différents niveaux de réel.

    Le prodige, en résumé, est donc aussi celui de la représentation, et revoilà la boucle bouclée avec la situation de théâtre en appartement et le rapport très direct aux spectateurs.

     

     

    Prodiges®

     

     

    Le titre m'a aidée à mettre les différents éléments en place, même si je n'ai pas encore la totalité du texte et que je ne sais pas comment cela va se développer. J'ai du moins les principaux fils à tirer pour une première version que j'aimerais pouvoir dérouler d'ici la fin du mois de septembre. Une version qui explore les différents possibles de ces Prodiges®, il sera bien temps de trier et réduire par la suite s'il y a trop de fils ou trop d'informations contradictoires. Pour l'instant tout est encore ouvert. C'est là tout le prodige de l'écriture en train de se faire lorsqu'enfin on tient son entrée, sa ligne, et qu'il n'y a plus qu'à écrire dans la bonne direction.

     

    PS: Je viens de voir Pater d'Alain Cavalier, ce film me confirme cette envie que j'ai, du moins dans le texte, d'un jeu permanent sur les différents niveaux de réel. Pendant deux heures, j'ai vu deux hommes "jouer à", et se prendre à leur propre jeu pour le commenter immédiatement derrière, avec des procédés très proches de ceux que j'aimerais utiliser dans l'écriture de Prodiges®, sauf que dans le film de Cavalier tout semble improvisé (je ne sais pas ce qu'il en est exactement, mais il me semble que c'est le cas), et qu'ici il s'agit d'un texte que je voudrais être une petite mécanique très précise, une dentelle tricotée avec tous les différents niveaux. Le "réel" sera sans doute aussi moins présent (le premier niveau de réel étant lui-même la fiction de la réunion), mais il faudrait qu'à quelques reprises le trouble s'installe réellement. Jouer avec l'espace et le temps de la représentation, c'est de toute façon la base.

    Je cite un article du Monde consacré à Pater, que je trouve assez juste, et pour mémoire. Je vous ouvre mes notes. "Vincent Lindon sera donc le cobaye. Le film qui est né de leur rencontre pourrait être décrit comme une tentative d'épuisement, au sens que Georges Perec  donna à l'expression, de la relation acteur-cinéaste, dont les modalités sont démultipliées. A la faveur d'une mince proposition de fiction (Cavalier serait le président de la République et Lindon le premier ministre), les identités des deux protagonistes glissent tout au long du film de leur état civil à leur état fictionnel, quand elles ne sont pas suspendues entre les deux, dans une nébuleuse qui apporte au film sa surprenante fluidité." (I. Regnier).


     

     

    « Anthropologie, d'Eric ChauvierSi vous cherchez les humains ils sont sous l'arbre (1) »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Audrey V Profil de Audrey V
    Vendredi 26 Août 2011 à 16:46

    J'ai hâte !


     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :