• Publication, Etats provisoires du poème

     

     « Et voici soudain que force et vie m’assaillent comme un taureau et l’onde de vie circonvient la papille du morne, et voilà toutes les veines et veinules qui s’affairent au sang neuf et l’énorme poumon des cyclones qui respire et le feu thésaurisé des volcans et le gigantesque pouls sismique qui bat maintenant la mesure d’un corps vivant en mon ferme embrasement ». (Aimé Césaire, Cahier d'un retour au pays natal)

    Parution ce mois-ci du XIIIème numéro des Etats provisoires du poème, revue co-éditée par Cheyne et le TNP de Villeurbanne. C'est d'un numéro-hommage à Aimé Césaire, où, dans des contributions très personnelles, nous explorons ce qui, de la force de ce grand poète travaille en nous, ce que nous lui devons et là où nous nous rejoignons, en pays de tempête et de liberté. J'ai quant à moi passé plusieurs semaines à relire sa poésie, son théâtre, à m'y reprendre à plusieurs fois quand c'était trop dense, à apprivoiser petit à petit les mille couches de sens, à explorer la façon dont les forces cosmiques dialoguent avec les forces politiques, et le poème, dans sa spécificité de cri, avec le plateau de théâtre.

     

    « Tous ceux qui tremblentRythmes, reliefs »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :