• Quelque chose s'est obscurci

     

     

     

     

     

    Depuis longtemps déjà quelque chose ne les concerne plus. Quelque chose ne leur parvient plus, même sous forme de rumeur. Des lumières qui clignotent, une certaine musique échappée des voitures, tout ce qui bat des battements artificiels, tout ce qui crie si fort l’été au bord des plages, tout ce qui grouille l’hiver au cœur des villes : tout cela depuis longtemps est extérieur à eux. Ils sont présents d’une injonction à l’autre, où l’on demande qu’ils soient. Ils répondent, la plupart du temps, à la plupart des attentes. Mais il leur semble avoir perdu la force, alors même qu’ils voient clair dans tout ce qui s’agite, dans tout ce qui monte le son. Les choses électriques, ils savent qu’elles palpitent sans eux. Ils n’en veulent plus, disent-ils, ils disent qu’ils n’en ont plus besoin. Ils préfèrent rester en arrière, dans la surdité au monde, dans les antennes débranchées et la grande fatigue.

     

    Au milieu de leur chemin, quelque chose s’est obscurci, comme si les endroits familiers avaient basculé dans une autre latitude, comme s’ils avaient été témoins d’un phénomène cosmique unique, passé inaperçu aux yeux de tous les autres. Mais ils n’ont pas pressé le pas. Ils ont attendu de comprendre. Ils ont été plus attentifs au temps qu’il fait, aux petites anomalies du climat qui ont commencé à se mettre en place. Ils ont fait travailler leur instinct, ils sont devenus des bêtes sauvages à l’affût du moindre revirement d’étoile.

     

     

     

    (Un premier extrait de Perdre, texte en cours qui commence à trouver sa forme...)

     

     

     

     

     

    « Sur un plateauSe frayer un chemin »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    manucuchet
    Mercredi 28 Novembre 2012 à 17:33

    pas ouvert ton blog depuis une quinzaine mais il me manquait: ,pardonnes  mon inconstance Mariette . Et mon manque d être comblé par "Perte" ! Non, pas tout à fait car cet extrait a suscité le désir de l'avoir ,en entier. entre les mains...


    Et puis  - de la porosité et -sur un plateau qui m ont mis en effervescence: quand ça bullera moins j 'essaierai de t'en dire les effets


    à bientot et merci,vraiment

    2
    Mariette Profil de Mariette
    Mercredi 28 Novembre 2012 à 17:46

    Merci à toi, à ton regard aussi pétillant qu'éclairant...

    J'attends, oui, tes remarques sur mes réflexions de théâtre. J'avance moi-même avec prudence...

    A bientôt.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :