•  

    23 août, 9h00 : départ pour descendre la Seine de Rouen jusqu’au Havre.

     

    EPISODE 5 / LA DESCENTE DE LA SEINE

     

    EPISODE 5 / LA DESCENTE DE LA SEINE

     

    EPISODE 5 / LA DESCENTE DE LA SEINE

     

    EPISODE 5 / LA DESCENTE DE LA SEINE

     

    Ceci n’est pas une fuite. C’est un glissement. Laissez-moi faire. Quelque mutation s’est opérée entre la chair et le métal, comme on dit que dans le fond des océans le plastique se mêle au poisson. Quelque changement d’échelle : des maisons de poupée qui passent sous mes fenêtres, des jouets qui pataugent en se prenant pour des voiliers, des ponts où nous pourrions étendre la lessive de 17h, et je comprends que ma tête est bien cette antenne plantée à cinquante mètres, mes yeux ces grandes vitres par lesquelles balayer les deux bandeaux des rives de la Seine.

     

    Il y a eu un changement dans la composition de l’odeur de ma peau, les mains surtout. Un mélange de graisse et de ferraille, une pommade. C’est une chimie, tout autant qu’une mécanique. Il y a eu une amplification, dans le bourdonnement des pensées dans ma tête. C’est bien mon ventre, qui vibre d’une énergie que je ne reconnais pas. Ce que je reconnais, par contre, sans aucun doute, de ma constitution passée : cet entêtement à aller de l’avant, à toujours foncer sans paraître rouler des mécaniques mais pourtant : qu’un obstacle se présente sur mon passage et il ne fera pas le poids. Force tranquille, en léger surplomb sur les choses. Etonnamment cela m’est naturel.

     

    EPISODE 5 / LA DESCENTE DE LA SEINE

     

    EPISODE 5 / LA DESCENTE DE LA SEINE

     

    EPISODE 5 / LA DESCENTE DE LA SEINE

     

    EPISODE 5 / LA DESCENTE DE LA SEINE

     

    EPISODE 5 / LA DESCENTE DE LA SEINE

     

    EPISODE 5 / LA DESCENTE DE LA SEINE

     

    EPISODE 5 / LA DESCENTE DE LA SEINE

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • 22 et 23 août

     

    Le 22 août, nous restons à quai pour charger d’autres containers. Je reste dans le bateau. Je prends goût à surplomber les choses.

     

    EPISODE 4 / DEPART DU PORT DE ROUEN

     

    EPISODE 4 / DEPART DU PORT DE ROUEN

     

    Je ne veux pas sortir de ce bateau. C’est trop tôt pour naître de nouveau à la terre. Laissez-moi le moteur, sous le ventre, qui berce, la vue qui glisse d’étoile en bouée. Je veux habiter le glissement, le changement permanent des couleurs.

    Cette nuit, nous étions géants, le long de la Seine on frôlait les maisons à les faire trembler, nous étions une indécente invasion, une force disproportionnée, une possibilité de guerre, et pourtant : calme presque silencieux de l’avancée sur l’eau, précision mathématique des hommes et des machines. Echanges de chiffres murmurés, bienveillante concentration. Quelque chose en catimini fait tourner le monde quand les villes s’endorment.

     

    Ce matin de nouveau des portiques soulèvent vident remplissent, dans le paysage d’un méandre de Seine. Le vert a remplacé le bleu.

     

    Comme réponse à mon cœur qui perpétuellement balance entre la tentation de nomadisme et l’envie de ne plus jamais sortir de chez moi : faire bouger la géographie autour de son propre château. Il suffisait d’y penser.

     

     

    EPISODE 4 / DEPART DU PORT DE ROUEN

    EPISODE 4 / DEPART DU PORT DE ROUENEPISODE 4 / DEPART DU PORT DE ROUEN

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    J'ai préparé quelques photos, impressions, à mettre en ligne sur le blog. Mais la résidence n'est pas terminée, les journées sont courtes, le feuilleton sera donc tout à fait retrospectif, et attendra mon retour chez moi pour se poursuivre...

    A très bientôt...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Première nuit à bord. Après un court passage dans la Manche, qui nous a permis d’apercevoir les côtes anglaises, on entre dans l’estuaire de la Seine vers minuit. Première nuit dans ma cabine, mais vers 3h30 je me réveille, et me dis que je ne veux pas louper ça. Je me glisse à la passerelle. Un nouveua pilote est à bord. Concentration minutieuse : le cargo est profond. Une minute d’inattention et c’est le banc de sable. Je ne vois pas le passage des ponts ni l’arrivée à Rouen à 6h, mais quelques moments volés d’une vie que je ne connais pas.

     

    EPISODE 3 / REMONTEE DE LA SEINE DE NUIT

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    21 août

     

    Dans chaque port, ou le long de la Seine, un pilote monte à bord pour les manœuvres particulières. Il repart parfois de façon… surprenante…

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique