• Roms et Juliette, du groupe Petrol

     

    Roms et Juliette

     

     

    Trois collectifs travaillent collectivement pour parler de politique et de théâtre. Voilà qui a le mérite d'être aussi cohérent qu'enthousiasmant. Cela donne Les mots du spectacle en politique,  par le collectif Théâtrocratie, un travail collectif de lexique qui réexlpore avec un humour tout flaubertien le vocabulaire théâtral à l'aune de son utilisation politique contemporaine. Ce lexique est suivi d'une fiction, Roms et Juliette, par le groupe Petrol, et le tout est paru ce mois-ci aux éditions Théâtrales.

    Parmi ces collectifs (celui des éditeurs, des chercheurs et des auteurs), j'ai le très grand plaisir de vous parler plus particulièrement du groupe Petrol que constituent Lancelot Hamelin, Sylvain Levey, Philippe Malone et Michel Simonot. Non seulement ils proposent ici un texte inédit, mais il s'agit en plus de leur première sortie publique... sous ce nom. 

    En 2006 ils avaient en fait déjà écrit ensemble, créé au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis, et publié, L'extraordinaire tranquillité des choses (parue aux éditions Espaces 34). 

    Depuis quelques années, ils développent un protocole d'écriture à quatre, où le texte et la dramaturgie passent de main en main et fabriquent un objet commun, une cinquième voix qui n'est ni addition ni division de celle des quatre auteurs. La multiplication des regards et des talents permet au contraire de créer un tout nouvel auteur à suivre, audacieux et rigoureux à la fois. Sans objectif de publication au départ, ils font évoluer différents modules expérimentaux, notamment autour d'un personnage mystérieux et multiforme appelé(e) KTM.

    Dans Roms et Juliette, ils s'emparent de l'espace de parole proposé par ce recueil pour plonger dans ce qui les intéresse et les relie tous les quatre: le lien étroit entre le politique et sa/ses langue(s). En partant du discours ultra-sécuritaire tenu par le chef de l'état il y a quelques mois à Grenoble, et de tous ceux qui ont suivi, ils tirent le fil des idées nauséabondes qui se cachent derrière les trémolos médiatiques. Les phrases sont comme autant de boîtes ouvertes avec humour qui font entendre tous les discours dans les discours.

    Monsieur le Président répète son discours sous la houlette grammaticale et avisée de son Conseiller, tandis que Juliette, son épouse, voudrait aller se coucher. En contrepoint, quelques échanges sensibles sous forme de récit, entre une fille et ses parents, combat minuscule et sans cesse recommencé contre le racisme ordinaire, contre les mots de la télévision qu'on nous colle dans la bouche.

    Voilà une lecture qui tombe à pic et qui donne envie que le plateau s'en empare au plus vite (à bon entendeurs et bons lecteurs salut...)

     

    Extrait:

    "Nuit (2)

     

    MONSIEUR LE PRESIDENT _ Madame le garde des Sceaux,

    Monsieur le Ministre,

    Mesdames et messieurs les parlementaires,

    Monsieur le préfet, 

    Monsieur le maire de Grenoble,

    Monsieur le président du Conseil Général,

    Grenoble vient de connaître une flambée de violences sans précédent qui a profondément choqué nos concitoyens.

     

    LE CONSEILLER._ C'est bon ça, c'est bon. Tu peux avancer, là.

     

    MONSIEUR LE PRESIDENT._ Les actes qui ont été commis

    Ici_

    Je n'irai pas par quatre chemins, j'irai

    Droit au but

    Je ne trégiverser_

    Tergiserve_

     

    LE CONSEILLER._ Têrgivêrserê

    Abandonne ce mot. Trois syllabes, je t'ai dit, pas plus.

     

    MONSIEUR LE PRESIDENT._ Tergriverserai.

     

    LE CONSEILLER._ Abandonne, je t'ai dit.

     

    MONSIEUR LE PRESIDENT._ J'ai le droit de choisir mes mots. C'est moi qui décide de mes fautes.

     

    LE CONSEILLER._ Improvise sans bégayer.

    Ne t'éloigne pas du texte.

    La franchise ne bégaye pas.

     

    MONSIEUR LE PRESIDENT._ Pas par quatre chemins, j'irai

    Droit

    Au 

    But, la pente

    Est raide mais ne rompte pas

    Ne compte...

    Je ne_

     

    LE CONSEILLER._ Respecte les fautes de français que j'ai écrites. S'il te plaît. Fais confiance à MES fautes.

     

    MONSIEUR LE PRESIDENT._ Les actes

    Les actes qui ont été commis ici

    Je les qualifierais d'une extrême gravité

    Ils méritent un châtiment exemplaire.

     

    LE CONSEILLER._ pas trop vite non plus.

    Plus loin le châtiment.

    Gardes-en sous le pied.

    Sinon dans trois phrases.

    Tu es à l'apocalypse."

     

    « InvitationBande à part (2) »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :