• Tag littérature

    Résultats pour la recherche du tag littérature :
  • ...scène sa vie. Il y a quelque chose profondément en lien avec l'enthousiasme enfantin à s'inventer des aventures à partir de rien. Et le talent de Chevillard est d'en faire, dans chaque ligne, de la littérature tout en souriant de ses personnages. L'auteur du journal est du côté d'Albert...

    Lire la suite...

  • ...Melville. Une dérangeante excitation, proche de celle que je pouvais ressentir en découvrant, adolescente, la littérature fantstique. C'est incroyable le nombre de références qui m'ont traversée en lisant Bartelby , de celles qui font appel aux sensations les plus primitives (Le Cri de Munch,...

    Lire la suite...

  •   Avant de repartir sur les routes, je reprends mon souffle en lisant, en plongeant dans des langues. Je découvre, plongée profonde, celle de Marie Cosnay, par son dernier ouvrage chez Cheyne, La langue maternelle . Un ouvrage pour se remettre à flot au pays d'écriture. Une plongée, vraiment,...

    Lire la suite...

  •     Me voilà de retour à Lyon, la tête encore pleine de cette première expérience de lecture de Nous les vagues , puisque c'est la toute première fois que ce texte rencontre un public. Toutes mes craintes ("c'est trop abstrait", "c'est trop radical", "c'est trop personnel") sont assez vite...

    Lire la suite...

  • ...  On dirait donc que ce serait l'endroit pour parler des textes qui réveillent mes envies de littérature, de langue, de densité, de souffle. J'avais déjà fait connaissance avec l'écriture de Chevillard il y a quelques années, quand j'étais tombée sur son roman Du hérisson , dans lequel...

    Lire la suite...

  • ...recueil publié en français. <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--> Le charme d’Agamben est d’emprunter à la littérature, à l’art sous toutes ses formes, à la théologie, à la poésie, pour bâtir des théories limpides et éclairantes qui aident à penser le monde contemporain....

    Lire la suite...

  • <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--> <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--> Et puis il y a Les Races , dont je ne me remets pas. Ecrit juste après le départ de Bruckner en exil, en 1933. Je précise que je lis le texte dans son adaptation française de 1934, certainement...

    Lire la suite...

  •       Je vais continuer à écrire sur Bruckner, parce que je n’arrive tout simplement pas à penser à autre chose au bout d’une semaine de répétitions (il nous en reste encore deux pour cette première session), ni à ouvrir d’autres « chantiers », d’écriture par exemple. Et...

    Lire la suite...

  • <!--[if !mso]> <mce:style><! v\:* {behavior:url(#default#VML);} o\:* {behavior:url(#default#VML);} w\:* {behavior:url(#default#VML);} .shape {behavior:url(#default#VML);} -->   <!--[endif]--> <!--[if !supportEmptyParas]-->   <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--> « Ils se fichent des...

    Lire la suite...

  • ...des petits bijoux qui nous déplacent, des ovnis jubilatoires qui ouvrent de vraies portes de littérature, il y a Le ParK , de Bruce Bégout. C'est chez Allia, ce qui n'enlève rien à la qualité plastique du bijou.   Ce blog n’a pas pour vocation de critiquer toutes mes lectures. Je suis trop...

    Lire la suite...