• Tous ceux qui tremblent

     

    Tous ceux qui tremblent

    (Ruth Nuesch dans le rôle de Lise, et Jean-Claude Oudoul dans le rôle de Charles, photo de répétitions)

     

    Plus que l'histoire d'une femme, et malgré le "elle" du titre, Elle brûle est l'histoire d'une communauté, d'une cellule familiale et de ceux qui gravitent autour, d'un foyer et de la façon dont il protège de la violence du monde ou révèle au contraire les vides et les fragilités.

    Séquence après séquence, le spectacle méthodiquement explore les relations entre les êtres, la petite économie du réconfort et de la violence.

    Ceux qui composent le foyer tentent par tous les moyens d'en préserver le calme, la jovialité, ou simplement les petits rituels qui structurent la vie ensemble, et fait que le monde extérieur n'aura pas de prise, et qu'on se tiendra chaud en hiver.

    Et puis il y a les intrusions, Lise qui vient partager de quotidien de son fils et de sa famille, Damien à qui on fait sentir qu'il ne fait pas partie du cercle et qui continue à préserver, aider, réparer (au sens propre et figuré) cette maison, cette famille qu'il aimerait être la sienne. Léo, qui par ses départs, ses retours, ses propres fragilités fait s'ébranler l'édifice du couple et des convenances.

    Chacun dans cette communauté est porteur du bruit du monde, celui des années 2010 et de toutes les images et terreurs qui structurent l'inconscient collectif. Les maladies qui courent, réelles ou métaphoriques. Chacun négocie avec la violence qui l'entoure et la difficulté d'être soi.

    Alors parfois, ça jaillit, ça explose, de façon maladroite ou terrifiante, et jamais au bon endroit, et jamais sur la bonne personne. Ça dévie, ça prend de mauvaises décisions, des chemins de traverse. Ça se prend dans les engrenages des dettes, des mensonges, des incapacités à se dire les choses en face, à désamorcer les bombes, à calmer la machine. Ça tremble, la communauté humaine, et ça vit comme ça peut, ça tire dans le tas, ça blesse, pour ne pas être blessé.

     

    « Notre fabriquePublication, Etats provisoires du poème »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :