•  

    En ce milieu d'été, avant de basculer dans le mois d'Août, voici que je remets un peu d'ordre dans ma tête, mes textes et que je me donne aussi comme objectif (récréatif entre deux temps d'écriture) de remettre ce blog à jour.

    J'ai retrouvé en ligne le teaser d'Une île, partagé au moment de la création par la Comédie de Béthune. Une petite idée du spectacle, qui me donne personnellement envie d'une longue reprise sur les routes de France et de Navarre, partout où on se réunit dans des théâtres pour éprouver ensemble de la peur et de l'espoir. A bons entendeurs passant par ici...

    Et parce que les photos ne suffisent pas à vous faire appréhender le travail des acteurs et de tous les créateurs réunis sur ce spectacle made in Béthune (et Lillers!)

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Une île est passée vite. Quatre date au début de ce mois, pour clôturer un an de rencontres et d'écriture.

    En attendant de savoir si ce spectacle sera repris, quelques images signées F.Iovino...

     

    Images d'Une île

     

    Images d'Une île

     

    Images d'Une île

     

    Images d'Une île

     

    Images d'Une île

     

    Images d'Une île

     

    Images d'Une île

     

    Images d'Une île

     

    (Une île, de S.Gallet et M.Navarro, mise en scène A. Anckaert et J.Fisera, avec Céline Dupuis, Maxime Le Gall, Noémie Rosenblatt.

    Création mai 2017, La Comédie de Béthune près de chez vous)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Une île et des échos

    (Photo de groupe de toute l'équipe d'Une île à Lillers à quelques jours de la première).

     

     

    Voilà, c'est cette semaine, la création d'Une île, aventure collective commencée il y a plus d'un an à l'invitation de la Comédie de Béthune.

    L'écriture (à quatre mains, par Samuel Gallet et moi), est née de rencontres avec les habitants du territoire béthunois, mais aussi, surtout, d'une réflexion sur la notion de territoire, et de la perspective, dont nous avions conscience dès le départ, de jouer pendant cette semaine étrange et anxiogène de l'entre-deux tours des élections présidentielles.

    A travers une fable (aussi utopique qu'angoissante), le projet était de radiographier les questions d'une région, d'un pays, de passer au crible les rêves et les aspirations, et la façon dont ils se frottent aux empêchements de chacun, aux doutes et aux murs qu'on se construit dans les têtes.

    Les trois acteurs (Céline Dupuis, Maxime Le Gall et Noémie Rosenblatt) endossent le rôle de rescapés et narrateurs de cette épopée, ils sont les personnages dont la vie est balayée un matin par la vague, et qui reconstruisent petit à petit une liberté de bric et de broc, une vie où, l'espace d'un instant, tout est possible. Comme une immense parenthèse amoureuse, la vie nouvelle. Puis, ressac incessant, les anciennes questions reviennent alors que l'eau se retire.

    J'ai découvert cette semaine le beau travail de toute l'équipe pour monter notre texte, en faire entendre les enjeux contradictoires dans une esthétique énergique et directe, et, bien sûr, comme toujours, j'aimerais vous présenter le plus largement possible le travail. Pour commencer, c'est à Lillers, Béthune, Ruitz et Festubert, et c'est à partir de ce mercredi 3 mai.

    Pour plus d'informations, vous pouvez télécharger le dossier ici.

    Vous pouvez également découvrir la web série, intitulée Nous sommes là, imaginée autour d'Une île, en quelque sorte, le hors-champ de notre histoire. C'est également sur le site de la Comédie de Béthune.

     PS: Il peut paraître dérisoire de parler d'un spectacle au moment de tous les déchirements de ce pays, mais, qui sait, si ce ne peut pas être notre goutte d'eau pour éviter que ne déborde la mer du Nord.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Une île - Extrait 2

     

    UN NOUVEAU MONDE

     

    Est-ce que vous avez toujours vécu dans cette région ?

    Est-ce que vous êtes né(e) dans cette région ?

    Qu’est-ce que vous aimez dans cette région ?

    Qu’est-ce que vous haïssez ?

    Qu’est-ce que vous souhaiteriez voir disparaître ?

    Qu’est-ce que vous aimeriez pouvoir changer ?

    Qu’est-ce qui vous paraît magnifique ?

    Méconnu ?

    Nécessaire ?

    Est-ce que vous avez des rêves pour le monde ?

    Est-ce que vous en avez déjà eu ?

    C’est quoi pour vous une société idéale ?

    Si je vous dis Île quelles sont les premières images qui vous viennent ?

    Si je vous dis insularité ?

    Avez-vous déjà vécu sur une île ?

    Aimeriez-vous vivre sur une île ?

    S’il y avait un cataclysme et que votre région devenait une île entourée par la mer et coupée brutalement et totalement de tout contact avec l’extérieur et si vous étiez rescapé(e) comment souhaiteriez-vous organiser la communauté ?

    Qu’est-ce que vous garderiez de l’ancien monde ?

    Qu’est-ce que vous ne reproduiriez pas ?

    Quelles seraient les règles ?

    Qu’imagineriez-vous comme loi ?

    Pensez-vous qu’un système démocratique soit propice ?

    Oligarchique ?

    Anarchiste ?

    Royaliste ?

    Pensez-vous qu’il faille un chef ?

    Un despote éclairé ?

    Des élus révocables ?

    Quelle tâche souhaiteriez-vous faire et ne pas faire ?

    A quoi vous sentez-vous destiné(e) ?

    Avez-vous des préférences ?

    Qu’est-ce que vous emporteriez avec vous ?

    Qu’est-ce que vous laisseriez couler dans les vagues du tsunami ?

     

    Une île, Samuel Gallet & Mariette Navarro

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Une île - Extrait 1

     

    Est-ce que tu peux te représenter l'avancée d'un cheval sur une plage de la côte d'Opale?

    Nous, on ne peut pas te le montrer vraiment, mais toi, est-ce que tu peux l'imaginer?

    Est-ce que tu peux imaginer que c'est un cheval furieux, indomptable?

    Est-ce que tu peux te représenter qu'il arrive de loin, de l'autre côté de la mer?

    Alors maintenant il faut que tu te représentes que le cheval, c'est la mer

    La mer elle-même, écumant et galopant

    Furieuse et indomptable

    Courant tout droit devant elle, courant tout droit sur la ville.

    C'est d'abord une forme au loin, une ombre noire sur l'horizon mille fois photographié,

    Un gros nuage écumant,

    Une bizarrerie,

    Un bruit d'orage, de cavalcade.

     

    Pour l'instant tu ne vois qu'un cheval

    Un cheval noir, avec sa force

    Mais ils sont peut-être cent, peut-être mille

    Dix mille chevaux

    Parce que c'est toute la mer

    En route au galop

    Vers une plage de la côte d'Opale.

     

    C'est toute la mer courant sans s'apercevoir qu'il y a des obstacles, des barrières des hôtels des bâtiments des trottoirs des rues des rails des escaliers des poteaux.

    Des êtres humains.

    C'est la mer, avec ses gros sabots, passant toutes les digues,

    Montant aussi haut qu'elle peut monter

    Escaladant les collines et les falaises,

    Est-ce que tu peux imaginer?

     

    On ne peut pas t'expliquer comment ça commence, parce qu'à ce moment-là, au moment du cheval, on ne sait pas encore. C'est un jour de semaine, un jour, vraiment, qui n'a rien de particulier

     

    Par exemple un mardi

     

    Un mardi, un jeudi, un vendredi, vraiment rien de particulier. On n'entend pas d'explosion.

     

    (Ce n'est pas la peine que tu te représentes une explosion)

     

    On n'entend pas de sirène. On ne sent aucune odeur inquiétante. On ne met en place aucun plan d'urgence, aucune évacuation d'usine. On se dit juste qu'il fait un peu chaud pour la saison. Et pourtant quelque part ça commence. Le cheval est lancé.

     

    Quelque part, plus au Nord, c'est la première brèche. La goutte d'eau qui fait déborder le vase. Sauf que ce n'est pas un vase. On ne parle pas d'un vase. On parle de quelque chose de beaucoup plus grand qu'un vase. On parle de la mer du Nord. Et on ne sait pas quand ça commence, la goutte d'eau qui fait déborder la mer du Nord.

     

    Une île, Samuel Gallet et Mariette Navarro

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique