• Une île - Extrait 1

    Une île - Extrait 1

     

    Est-ce que tu peux te représenter l'avancée d'un cheval sur une plage de la côte d'Opale?

    Nous, on ne peut pas te le montrer vraiment, mais toi, est-ce que tu peux l'imaginer?

    Est-ce que tu peux imaginer que c'est un cheval furieux, indomptable?

    Est-ce que tu peux te représenter qu'il arrive de loin, de l'autre côté de la mer?

    Alors maintenant il faut que tu te représentes que le cheval, c'est la mer

    La mer elle-même, écumant et galopant

    Furieuse et indomptable

    Courant tout droit devant elle, courant tout droit sur la ville.

    C'est d'abord une forme au loin, une ombre noire sur l'horizon mille fois photographié,

    Un gros nuage écumant,

    Une bizarrerie,

    Un bruit d'orage, de cavalcade.

     

    Pour l'instant tu ne vois qu'un cheval

    Un cheval noir, avec sa force

    Mais ils sont peut-être cent, peut-être mille

    Dix mille chevaux

    Parce que c'est toute la mer

    En route au galop

    Vers une plage de la côte d'Opale.

     

    C'est toute la mer courant sans s'apercevoir qu'il y a des obstacles, des barrières des hôtels des bâtiments des trottoirs des rues des rails des escaliers des poteaux.

    Des êtres humains.

    C'est la mer, avec ses gros sabots, passant toutes les digues,

    Montant aussi haut qu'elle peut monter

    Escaladant les collines et les falaises,

    Est-ce que tu peux imaginer?

     

    On ne peut pas t'expliquer comment ça commence, parce qu'à ce moment-là, au moment du cheval, on ne sait pas encore. C'est un jour de semaine, un jour, vraiment, qui n'a rien de particulier

     

    Par exemple un mardi

     

    Un mardi, un jeudi, un vendredi, vraiment rien de particulier. On n'entend pas d'explosion.

     

    (Ce n'est pas la peine que tu te représentes une explosion)

     

    On n'entend pas de sirène. On ne sent aucune odeur inquiétante. On ne met en place aucun plan d'urgence, aucune évacuation d'usine. On se dit juste qu'il fait un peu chaud pour la saison. Et pourtant quelque part ça commence. Le cheval est lancé.

     

    Quelque part, plus au Nord, c'est la première brèche. La goutte d'eau qui fait déborder le vase. Sauf que ce n'est pas un vase. On ne parle pas d'un vase. On parle de quelque chose de beaucoup plus grand qu'un vase. On parle de la mer du Nord. Et on ne sait pas quand ça commence, la goutte d'eau qui fait déborder la mer du Nord.

     

    Une île, Samuel Gallet et Mariette Navarro

     

     

    « Les chemins contraires dans la revue DissonancesUne île - Extrait 2 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :